USA 2016-Sanders et Clinton croisent le fer avant la bataille de New York

le
0
    par Luciana Lopez et Jonathan Allen 
    NEW YORK, 8 avril (Reuters) - Le ton monte entre Hillary 
Clinton et Bernie Sanders dans la lutte pour l'investiture 
démocrate, chacun mettant en doute la capacité de l'autre à 
siéger à la Maison blanche. 
    Hillary Clinton, qui conserve une longueur d'avance mais 
reste sur une série de revers, a dégainé la première en émettant 
des réserves sur la capacité de Bernie Sanders à tenir sa 
promesse de démanteler les grandes banques. 
    La favorite dans le camp démocrate a voulu ainsi occuper le 
terrain à deux semaines de la primaire de New York mais Bernie 
Sanders n'a pas tardé à répliquer.  
    Lors d'un déplacement à Philadelphie, jeudi, ce dernier 
s'est à nouveau interrogé sur la stature présidentielle de 
Hillary Clinton. 
    "Etes-vous qualifiée pour être la présidente de Etats-Unis 
lorsque vous recevez des millions de dollars de Wall Street, 
dont l'avidité, l'irresponsabilité et le comportement illégal 
ont contribué à détruire notre économie ?", a-t-il lancé lors 
d'une conférence de presse. 
    Bernie Sanders a remporté six de ses sept derniers duels 
face à Hillary Clinton, le dernier mardi dans le Wisconsin. 
  
    Il lui sera toutefois difficile de devancer l'ancienne 
secrétaire d'Etat dans la course à l'investiture, qui se 
poursuivra le 19 avril à New York puis sept jours plus tard dans 
cinq autres Etats de l'est des Etats-Unis. 
    La tâche du sénateur du Vermont s'annonce ardue car il lui 
faudrait gagner les deux tiers des délégués restants pour 
obtenir l'investiture lors de la convention démocrate de juillet 
à Philadelphie. Or, la répartition se faisant à la 
proportionnelle, Hillary Clinton accroît à chaque primaire le 
nombre de ses soutiens même en cas de défaite. 
     
    HILLARY CLINTON PREND LE MÉTRO 
    Dans le camp républicain, Ted Cruz a relancé le suspense en 
infligeant mardi un revers à Donald Trump dans le Wisconsin. 
    Le magnat de l'immobilier a renoncé à un déplacement prévu 
vendredi en Californie pour se concentrer sur l'échéance qui se 
profile dans sa ville de New York, a fait savoir son équipe de 
campagne.     
    Du côté des démocrates, Bernie Sanders s'est attiré de 
nombreuses critiques de la part d'éditorialistes politiques pour 
une interview qu'il vient d'accorder au New York Daily News dans 
laquelle il paraît, selon eux, mal maîtriser certains éléments 
de la politique économique et monétaire des Etats-Unis. 
    Les économistes qui soutiennent Bernie Sanders ont affirmé 
que ses réponses étaient correctes et que l'apparente confusion 
venait de la maladresse d'un interviewer semblant confondre la 
Réserve fédérale et de département du Trésor. 
    Lors de ce même entretien, Bernie Sanders a affirmé qu'il 
fallait toujours utiliser des jetons dans le métro de New York 
alors que ce système a été abandonné en 2003. 
    Hillary Clinton a saisi l'aubaine, invitant jeudi des 
journalistes à l'accompagner dans le métro new-yorkais et à la 
voir manier une carte numérique. Il lui a cependant fallu s'y 
prendre à plusieurs reprises avant de parvenir à franchir le 
tourniquet. 
    Interrogée sur les dernières attaques de Bernie Sanders à 
son endroit, elle s'est montrée plus magnanime que son rival. 
    "Je ne sais pas pourquoi il dit cela", a-t-elle dit. "Moi, 
je choisirais Bernie Sanders plutôt que Ted Cruz ou Donald 
Trump, sans aucune hésitation." 
       
 
 (Patrick Vignal pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant