USA 2016-Ryan veut sauver la majorité républicaine à la chambre

le
1
    par Susan Heavey 
    WASHINGTON, 1er novembre (Reuters) - Le président 
républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a 
dénoncé mardi la "culture du scandale" d'Hillary Clinton tout en 
précisant que sa première préoccupation était de préserver la 
majorité de son parti dans la chambre basse du Congrès. 
    Outre l'élection du président des Etats-Unis, le scrutin du 
8 novembre doit permettre le renouvellement de l'ensemble des 
435 représentants ainsi que de 34 des 100 sénateurs. 
    "Ma préoccupation personnelle immédiate est de sauver la 
majorité de la Chambre. Je vais me rendre dans l'Indiana, dans 
le Michigan, dans l'Etat de New York et en Virginie afin de me 
battre pour une Chambre républicaine", a-t-il dit. 
    Sans retirer son soutien à Donald Trump, Paul Ryan a 
clairement pris ses distances avec l'homme d'affaires après la 
divulgation début octobre d'un enregistrement dans lequel ce 
dernier se livre à des remarques insultantes pour les femmes. 
    Le Grand Old Party semble en mesure de conserver sa position 
dominante à la chambre, selon les enquêtes d'opinion qui le 
créditent d'un nombre de sièges supérieur à la majorité absolue 
de 218 élus. 
    En revanche, les choses sont beaucoup plus incertaines au 
Sénat où les deux formations politiques sont quasiment à égalité 
dans les projections. 
    Certains élus conservateurs mécontents de la manière dont 
Paul Ryan se comporte à l'égard de Donald Trump ainsi que de sa 
gestion des affaires à Capitol Hill ont évoqué la possibilité de 
son remplacement lors de la prochaine législature. 
    "Nous sommes tous mobilisés pour battre les démocrates le 8 
novembre. Tout le reste de cette histoire se réglera 
d'elle-même. Je suis très confiant quant à ma relation avec nos 
élus", a-t-il ajouté. 
    Paul Ryan est également revenu sur le dernier rebondissement 
de la campagne présidentielle avec l'annonce vendredi par le 
patron du FBI, James Comey, que ses services envisageaient de 
rouvrir l'enquête sur l'utilisation d'un serveur de messagerie 
privé par Hillary Clinton lorsqu'elle était secrétaire d'Etat en 
2009 et 2013. 
    "La vie avec les Clinton est comme ça. C'est toujours un 
scandale après l'autre et ensuite il y a une enquête", a 
commenté le président de la Chambre des représentants interrogé 
sur Fox. "On ne s'est jamais à quoi s'attendre." 
    Si Hillary Clinton l'emporte mardi prochain, sa présidence 
va s'enliser dans une "culture du scandale", a jugé le dirigeant 
républicain, affirmant que ce n'est pas ce que "les Américains 
veulent voir". 
     
    VOIR AUSSI 
    LE POINT sur la campagne présidentielle:   
 
 (Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • franck8 il y a 8 mois

    Question scandale, bonjour les dégâts avec Trump !