USA 2016-Recompte des voix réclamé dans trois Etats, dont la Pennsylvanie

le
1
 (Actualisé avec recours déposé dans le Wisconsin) 
    par Susan Heavey 
    WASHINGTON, 25 novembre (Reuters) - Jill Stein, candidate 
écologiste à l'élection présidentielle du 8 novembre aux 
Etats-Unis, a expliqué vendredi que sa campagne pour obtenir un 
recompte des voix dans plusieurs Etats ne visait pas à remettre 
en cause la légitimité de l'élection de Donald Trump mais à 
vérifier l'intégrité des procédures de comptabilisation du vote. 
    "Cette élection a été la cible de nombreux piratages 
informatiques", a-t-elle dit sur CNN, évoquant les intrusions 
électroniques dans les serveurs et ordinateurs d'organisations, 
dont le comité national du Parti démocrate (DNC), ou de 
personnalités politiques. 
    Dans ce contexte qui a exposé crûment les failles de la 
sécurité des systèmes informatiques, "de nombreux Américains 
s'interrogent pour savoir si les résultats de nos élections sont 
fiables", estimait-elle en annonçant mercredi son initiative. 
    L'objet d'un recompte, explique-t-elle, serait de vérifier 
l'exactitude de la totalisation informatisée des bulletins de 
vote exprimées dans trois Etats, le Wisconsin, le Michigan et la 
Pennsylvanie. 
    Certaines machines utilisées dans le Wisconsin par exemple 
ont été interdites en Californie après qu'il a été démontré 
qu'elles étaient très vulnérables à des actes de piratage ou de 
reprogrammation malveillante, affirme-t-elle. 
     
    L'EX-DIRECTRICE DE CAMPAGNE DE TRUMP Y VOIT DE L'IRONIE 
    Jill Stein, qui a réuni moins de 1% des voix exprimées au 
niveau national le 8 novembre, juge que ces inquiétudes doivent 
être levées avant que le scrutin présidentiel de 2016 ne soit 
certifié. "Nous méritons des élections dignes de confiance", 
insistait-elle en milieu de semaine. 
    Sur CNN, elle a précisé vendredi qu'aucun signe ne suggérait 
que le scrutin avait été marqué par des actes de sabotage ou 
plus simplement des erreurs de totalisation des votes, mais, 
a-t-elle ajouté, seule une révision complète dans les trois 
Etats concernés permettront de certifier l'exactitude de ces 
résultats. 
    Au journaliste de CNN lui demandant si elle essayait par ce 
biais de stopper l'investiture de Donald Trump, elle a répondu 
que ce n'était "absolument pas" le cas et qu'elle ne soutenait 
pas davantage Hillary Clinton. 
    Aucun commentaire n'a pu être obtenu au sein de l'équipe de 
transition mise en place par le président élu. En revanche, sa 
proche conseillère Kellyanne Conway, qui était directrice de son 
équipe de campagne, y a vu une certaine ironie, compte tenu des 
critiques qui s'étaient abattues sur son candidat lorsque, au 
cours de la campagne, il avait laissé entendre qu'il pourrait ne 
pas reconnaître le résultat de l'élection qu'il disait alors 
truquée.     
     
    LEVÉE DE FONDS 
    La Commission des élections du Wisconsin a annoncé que la 
militante écologiste et ses partisans avait bien demandé un 
recompte des voix ce vendredi, qui était le dernier jour pour 
déposer un tel recours. La date butoir pour la Pennsylvanie est 
fixée à lundi. Pour le Michigan, elle devra déposer une requête 
mercredi prochain au plus tard. 
    Depuis le lancement de l'initiative, selon Jill Stein, 
l'opération de financement participatif a permis de récolter 
plus de 5 millions de dollars. Le Green Party dit vouloir lever 
au total 7 millions de dollars pour financer la démarche, y 
compris les frais juridiques. Si l'initiative échoue, les fonds 
collectés financeront une campagne en faveur d'une réforme du 
système électoral. 
    Même si Trump s'est imposé de peu dans les trois Etats 
visés, son avance semble suffisamment importante pour qu'un 
éventuel recompte des voix ne remette pas sa victoire en cause. 
Le républicain a battu Clinton de 70.010 voix en Pennsylvanie, 
de 10.704 voix dans le Michigan et de 27.257 voix dans le 
Wisconsin. 
    Dans le système électoral américain, le président n'est pas 
élu directement par les Américains, mais par un Collège 
électoral dont les 538 grands électeurs sont désignés Etat par 
Etat. Hormis le Nebraska et le Maine, le candidat arrivé en tête 
dans un Etat remporte la totalité des grands électeurs en jeu. 
    A ce stade, et alors que les résultats du Michigan n'ont pas 
encore été officialisés, Trump s'est assuré au moins 290 grands 
électeurs, largement au-dessus de la majorité (270). 
    En revanche, pour ce qui est de la totalisation des voix 
exprimées au niveau national, c'est Clinton qui arrive en tête,  
avec plus de deux millions de voix d'avance (les résultats ne 
sont pas encore définitifs). 
    Les grands électeurs se réuniront le 19 décembre. Trump sera 
investi le 20 janvier. 
     
    VOIR AUSSI 
    Le TABLEAU des résultats de l'élection:   
    LE POINT sur la victoire de Donald Trump   
 
 (avec Brendan O'Brien et Frank McGurty à New York, Eric Walsh à 
Washington; Henri-Pierre André et Tangi Salaün pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bouchet1 il y a une semaine

    elu avec moins que l'autre = adieu le club des democraties pour les usa.