USA 2016-Quels scénarios en cas de scrutin serré?

le
0
    WASHINGTON, 7 novembre (Reuters) - La particularité du 
système électoral américain implique qu'un candidat n'est pas 
tenu de remporter la majorité des suffrages au niveau national 
pour être élu président.  
    Le résultat dépend en effet du Collège électoral, une 
institution dont la composition est déterminée par la victoire 
de tel ou tel candidat dans chaque Etat de la fédération.  
    Cela signifie que tout contentieux électoral entre le 
républicain Donald Trump et la démocrate Hillary Clinton, 
principaux candidats à l'élection du 8 novembre, devrait se 
régler au niveau des Etats.  
     
    QU'EST-CE QUE LE COLLÈGE ÉLECTORAL ? 
    Le Collège électoral rassemble 538 grands électeurs élus 
Etat par Etat, en fonction notamment de leur démographie (de 55 
en Californie, l'Etat le plus peuplé du pays, à trois dans les 
Etats les moins peuplés). Un candidat doit obtenir le soutien de 
270 grands électeurs pour accéder à la Maison blanche. 
    Dans chaque Etat, les partis composent leur liste de grandes 
électeurs. Lorsque les Américains se rendront aux urnes mardi, 
ils opteront ainsi pour l'une de ces listes.  
    Une fois achevé le vote populaire, les grands électeurs 
victorieux se réunissent dans chaque Etat pour voter. Si aucun 
candidat n'obtient 270 grands électeurs, le président est choisi 
par la Chambre des représentants, actuellement contrôlée par les 
républicains.  
     
    LES GRANDS ÉLECTEURS SONT-ILS LIBRES DE LEUR VOTE ?  
    Dans certains Etats, la loi oblige les grands électeurs à se 
plier au verdict des urnes. Les partis peuvent aussi exiger que 
les grands électeurs prêtent formellement allégeance à un 
candidat, condition requise pour figurer sur la liste.  
    Certains grands électeurs ont parfois la possibilité de ne 
pas voter pour le candidat de leur parti, mais ces cas de figure 
sont extrêmement rares et peu susceptibles d'influencer l'issue 
de l'élection.  
     
    QUE SE PASSE-T-IL EN CAS DE CONTESTATION ?  
    De nombreuses procédures de vote pour la présidentielle sont 
définies par la législation des Etats. Les règles de recomptage 
diffèrent donc en fonction de chaque Etat.  
    En Floride, théâtre du duel décisif entre George W. Bush et 
Al Gore lors de l'élection présidentielle de 2000, un recomptage 
est automatiquement déclenché si l'écart entre les deux 
candidats est de moins d'un demi-point de pourcentage.  
    Autre exemple, dans le Wisconsin, où il n'existe pas de 
recomptage automatique, c'est à un candidat de l'exiger et d'en 
payer les frais si la procédure ne modifie pas le résultat du 
vote.  
    Tout citoyen américain peut également contester le processus 
électoral devant la justice.  
 
 (Dan Levine à San Francisco; Jean-Stéphane Brosse pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant