USA 2016-L'ex-secrétaire au Trésor Henry Paulson votera Clinton

le
0
    WASHINGTON, 25 juin (Reuters) - Henry Paulson, un 
républicain qui fut secrétaire d'Etat au Trésor sous George W. 
Bush lors de la crise financière de 2007-2009, a déclaré 
vendredi qu'une présidence Donald Trump était "impensable", 
ajoutant qu'il voterait pour la candidate démocrate Hillary 
Clinton lors des élections présidentielles américaines du 8 
novembre. 
    "S'agissant de la présidence, je ne voterai pas pour Donald 
Trump", dit celui qui fut directeur général de Goldman Sachs 
avant de devenir secrétaire d'Etat au Trésor, dans une tribune 
publiée par le Washington Post. 
    "Je voterai pour Hillary Clinton, avec l'espoir qu'elle soit 
en mesure de réunir les Américains pour faire ce qui est 
nécessaire pour renforcer notre économie, notre environnement et 
notre place dans le monde." 
    Henry Paulson vient ainsi grossir les rangs de grands noms 
du parti républicain disant qu'ils ne voteront pas le 8 novembre 
pour Donald Trump, un nouveau venu en politique dont les 
positions souvent outrancières sont en porte-à-faux avec les 
principes du parti. 
    L'ancien secrétaire d'Etat au Trésor juge que Donald Trump, 
qui vante souvent ses qualités d'homme d'affaires lors de ses 
meetings de campagne, prend des "risques imprudents" dans la 
manière de gérer ses affaires. 
    Il s'en est également pris à l'opposition de Donald Trump 
aux accords commerciaux signés par les Etats-Unis, estimant que 
ces derniers avaient créé des emplois aux Etats-Unis, tout en 
encourageant l'innovation et la compétitivité. 
    "En un mot, une présidence Trump est impensable", souligne 
Henry Paulson. 
    L'équipe de campagne de Donald Trump n'a pas réagi dans 
l'immédiat à une demande de commentaire. 
     Brent Scowcroft, l'ancien conseiller à la sécurité 
nationale des présidents républicains Gerald Ford et George Bush 
senior, a dit mercredi qu'il soutenait Hillary Clinton. 
    Richard Armitage, sous-secrétaire d'Etat sous George w. 
Bush, a dit la semaine dernière qu'il se rangeait derrière 
l'ex-First Lady. 
 
 (Eric Beech, Benoît Van Overstraeten pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant