USA 2016-Kerry appelle le département d'Etat à coopérer avec Trump

le
0
    SYDNEY, 10 novembre (Reuters) - Le secrétaire d'Etat 
américain John Kerry a dit jeudi qu'il avait ordonné aux 
responsables de son ministère de coopérer pleinement avec la 
future administration du président élu Donald Trump. 
    Il fait ainsi écho au président Barack Obama, qui a dit 
mercredi qu'il tenait à assurer une transition aussi réussie que 
possible avec Donald Trump, qui prendra sa place à la Maison 
blanche le 20 janvier et a promis de revenir sur ses réformes à 
l'intérieur comme à l'extérieur.   
    John Kerry a dit que le personnel du département d'Etat ne 
devait pas perdre de vues les sujets importants auxquels étaient 
confrontés les Etats-Unis. 
    "Une des belles choses de la démocratie - et nous nous 
enorgueillissons tout particulièrement aux Etats-Unis - est 
cette passation de pouvoir si incroyablement pacifique", a-t-il 
dit à des journalistes en Nouvelle-Zélande. 
    John Kerry est de passage dans le pays avant de se rendre en 
Antarctique. Fin octobre, 24 pays, dont les Etats-Unis, et 
l'Union européenne se sont entendus vendredi pour créer le plus 
grand parc marin du monde dans l'océan Antarctique, dont 1,55 
million de kilomètres carrés seront désormais protégés. 
  
    "Nous ferons tout ce qui est notre pouvoir, et c'est ce que 
j'ai ordonné à nos équipes, de travailler le plus pleinement et 
le plus ouvertement possible avec la future administration, 
d'être le plus utile possible afin que la passation de pouvoir 
se passe le mieux possible sans que ce soient perdus de vue les 
dossiers importants pour nous", a ajouté le secrétaire d'Etat. 
    Certains des spécialistes républicains de politique 
étrangère qui s'étaient opposés à Donald Trump au cours de la 
campagne présidentielle ont dit mercredi qu'ils n'entendaient 
pas changer d'avis à la suite de la victoire de l'homme 
d'affaires à l'élection présidentielle. 
    Début août, 50 responsables de la sécurité nationale 
républicains, dont un ancien directeur général de la CIA, ont 
estimé que Donald Trump n'avait pas les qualifications 
nécessaires pour diriger le pays, ajoutant qu'il serait "le 
président le plus imprudent de l'histoire américaine". 
  
    Certains diplomates de carrière pourraient de leur côté 
devoir trancher entre une démission en raison de leur désaccord 
avec les principes de politique étrangère de la nouvelle 
administration et la possibilité d'influencer de l'intérieur 
cette politique. 
    "Je ne m'attends pas à un exode massif", a toutefois déclaré 
Mark Toner, porte-parole du département d'Etat. 
 
 (Colin Packham, avec la contribution de Matt Spetalnick et 
Arshad Mohammed à Washington, Benoît Van Overstraeten pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant