USA 2016-Hillary Clinton se pose en championne de l'Américain moyen

le , mis à jour à 20:23
0

(Actualisé après la réunion publique, déclarations) par Jonathan Allen NEW YORK, 13 juin (Reuters) - Hillary Clinton, candidate à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2016, s'est posée en championne de la défense des Américains moyens samedi lors de son premier grand meeting de campagne à Roosevelt Island, à New York. Dans un discours de près d'une heure devant plusieurs milliers de sympathisants, sous le soleil et non loin des gratte-ciel de Manhattan, l'ancienne secrétaire d'Etat a promis de faire en sorte que "l'économie serve les Américains moyens et pas seulement ceux qui sont au sommet". "La prospérité ne peut pas être seulement pour les dirigeants d'entreprise et les patrons de fonds d'investissements. La démocratie ne peut pas être seulement au service des milliardaires", a-t-elle lancé. Elle a rappelé qu'en cas de victoire l'an prochain, elle sera la première femme élue à la Maison blanche. "Je ne suis peut-être pas la plus jeune parmi les candidats à cette élection mais je serai la plus jeune femme présidente de l'Histoire des Etats-Unis", a ironisé Hillary Clinton, qui est âgée de 67 ans. L'ancienne sénatrice de New York a cité dans son discours, parmi les dirigeants américains qu'elle admire le plus, Franklin D. Roosevelt -- d'où le choix de Roosevelt Island pour sa première grande réunion publique --, l'actuel président Barack Obama et Bill Clinton, son mari, qui a été à la Maison blanche de janvier 1993 à janvier 2001. Elle a présenté les contours de son programme sur différentes questions économiques, promettant notamment une réforme des impôts afin de mieux récompenser le travail. Ce meeting en plein air a marqué une accélération dans la campagne de l'ex-Première Dame qui, jusqu'ici, avait surtout participé à des réunions en petit comité, avec des participants sélectionnés, notamment dans les Etats qui seront les premiers appelés à voter lors des primaires tels que l'Iowa. Sa stratégie est de s'adresser désormais à un public plus large et de faire mentir les critiques qui soutiennent qu'elle est avant tout une représentante de l'élite politique connaissant mal le quotidien des électeurs. "RÉCOMPENSER L'EFFORT" Son message se concentre sur l'idée simple que les efforts accomplis par les Américains moyens pour aider les Etats-Unis à traverser la période de récession doivent être récompensés maintenant que l'économie repart. "Les gens vont se rendre compte du programme progressiste qu'elle souhaite pour l'Amérique", a commenté Jennifer Palmieri, en charge de la communication de campagne d'Hillary Clinton, dans un entretien à Politico. La candidate démocrate doit se construire un personnage différent de celui d'animal politique ayant passé de longues années dans les allées du pouvoir à Washington. Dans une vidéo mise en ligne vendredi par son équipe de campagne, à base de témoignages et de photographies d'archives en noir et blanc, ses partisans soulignent qu'"avant d'être secrétaire d'Etat, sénatrice, First Lady, elle était simplement une étudiante attentionnée, jeune, brillante et créative qui se préoccupait des enfants et des laissés pour compte". Pour humaniser son image, Hillary Clinton a évoqué samedi dans son discours la question des leçons de vie que lui a transmises sa mère Dorothy Rodham qui fut abandonnée lorsqu'elle était enfant mais a grandi sans nourrir de ressentiment. L'orientation progressiste de ses propos vise pour elle à se démarquer de ses rivaux, le sénateur Bernie Sanders et l'ancien gouverneur du Maryland Martin O'Malley. Même si Hillary Clinton apparaît comme favorite dans les intentions de vote, Bernie Sanders a paru gagner du terrain dans l'Iowa. Il a notamment appelé l'ancienne secrétaire d'Etat à exprimer clairement sa position sur la question du partenariat transpacifique. Ce sujet, que Hillary Clinton n'a pas directement abordé à Roosevelt Island, divise actuellement le Parti démocrate et plusieurs parlementaires ont refusé vendredi de voter une loi accordant à Barack Obama des pouvoirs accrus pour conclure un accord de libre-échange avec onze pays riverains du Pacifique (TPP). ID:nL5N0YZ00X RENVOI ENCADRES sur les principaux candidats en lice pour les primaires démocrates ID:nL5N0YZ0B1 et républicaines ID:nL5N0YZ0B4 (Avec Lisa Lambert à Washington; Pierre Sérisier, Henri-Pierre André et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant