USA 2016-Des partisans de Trump menacent de ne pas voter le 8/11

le
0
    9 avril (Reuters) - Un tiers des électeurs qui ont apporté 
leur suffrage à Donald Trump depuis le début des primaires 
menacent de ne pas voter pour le candidat du Parti républicain 
le jour de la présidentielle américaine si leur favori n'est pas 
désigné lors d'une possible "convention négociée", révèle un 
sondage Reuters/Ipsos, samedi. 
    L'enquête menée du 30 mars au 8 avril portait sur une double 
question: si Donald Trump obtient le plus grand nombre de 
délégués à la primaire mais n'obtient pas l'investiture, que 
ferez-vous le jour de l'élection présidentielle et en quoi cela 
aurait des conséquences sur votre relation avec le Parti 
républicain ? 
    Soixante-six pour cent des personnes interrogées ont indiqué 
qu'elles voteraient pour le candidat investi lors de la 
convention nationale qui se tiendra du 18 au 21 juillet à 
Cleveland. 
    Le tiers restant envisage, soit de ne pas voter, soit de 
voter pour un candidat tiers, soit de soutenir le candidat qui 
sera investi par le Parti démocrate. 
    Cinquante-huit pour cent des sondés précisent qu'ils 
resteront fidèles au Parti républicain tandis que 16% 
décideraient de le quitter et 26% avouent ne pas savoir ce 
qu'ils feraient. 
    L'enquête réalisée en ligne auprès de 468 partisans de 
Donald Trump comporte une marge d'erreur de 5,3 points. 
    Le résultat est inquiétant pour la hiérarchie du Grand Old 
Party qui s'oppose fermement à l'investiture du milliardaire, 
estimant qu'un tel scénario aurait pour conséquence une victoire 
quasiment certaine des démocrates. 
    Donald Trump est actuellement en tête des primaires 
républicaines devant ses deux adversaires restants, le sénateur 
du Texas Ted Cruz et le gouverneur de l'Ohio John Kasich. 
    Un autre sondage en ligne Reuters/Ipsos réalisé du 4 au 8 
avril montre que le magnat de l'immobilier est soutenu par 42% 
des électeurs républicains, contre 32% à Cruz et 20% à Kasich. 
    La seule option pour Cruz et Kasich est de remporter 
suffisamment de délégués pour empêcher Trump d'atteindre la 
majorité de 1.237 représentants nécessaires à une investiture 
lors de la convention nationale. 
    Les partisans de Donald Trump ont prévenu le mois dernier 
que si leur favori n'était pas choisi par le parti, des émeutes 
pourraient se produire. 
     
     
     
 
 (Chris Khan; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant