USA 2016-Bataille en perspective pour le contrôle du Congrès

le
0
    par Richard Cowan 
    WASHINGTON, 7 novembre (Reuters) - Une furieuse bataille 
pour le contrôle du Congrès se déroulera mardi en parallèle au 
duel entre Hillary Clinton et Donald Trump pour l'accession à la 
Maison blanche.  
    Quelque 226 millions d'électeurs américains seront appelés à 
renouveler les 435 sièges de la Chambre des représentants et 34 
des 100 sièges du Sénat. La Chambre est aux mains des 
républicains depuis 2011 et le Sénat depuis deux ans.  
    Pour reprendre le contrôle de la chambre haute, les 
démocrates doivent gagner cinq nouveaux sièges. Les républicains 
détiennent en effet 54 sièges de sénateurs, face à 44 démocrates 
et deux indépendants qui s'alignent sur les positions du parti 
de Barack Obama.  
    Pendant la plus grande partie de l'automne, les démocrates 
tablaient sur le gain de quatre à sept sièges de sénateurs.  
    Mais les démocrates craignent que la réouverture par le FBI, 
fin octobre, de l'enquête sur la messagerie privée d'Hillary 
Clinton, ne vienne contrecarrer leurs ambitions, même si le 
bureau fédéral d'investigation a déclaré dimanche que l'examen 
de nouveaux courriels n'avait pas dévoilé d'infractions de la 
part de la candidate démocrate.  
    A la Chambre des représentants, les démocrates doivent 
reprendre 30 sièges s'ils veulent retrouver leur majorité perdue 
en 2010. Mais les projections leur donnent pour l'instant entre 
cinq et vingt sièges.  
    Le résultat de l'élection présidentielle devrait avoir un 
impact majeur sur les campagnes des prétendants au Congrès. Lors 
des précédentes élections, le parti décrochant la présidence a 
également réalisé un bon score au Congrès. 
     
    DUELS 
    Plusieurs démocrates paraissent en mesure de renverser des 
sénateurs républicains sortants. Ainsi dans le Missouri où Jason 
Kander fait face au républicain Roy Blunt ou, en Pennsylvani 
avec l'ancienne responsable de l'environnement Katie McGinty, 
qui pourrait battre Pat Toomey.  
    John McCain, candidat républicain à l'élection 
présidentielle de 2008 et sénateur depuis trente ans, semble 
promis à la réélection mais sa campagne a été dure.  
    En cas d'égalité parfaite de sièges au Sénat, ce serait au 
prochain vice-président américain de déterminer quel parti 
contrôle la chambre haute.  
    Le nouveau Sénat prêtera serment le 3 janvier et devra 
rapidement procéder à la nomination d'un successeur au juge 
conservateur de la Cour suprême Antonin Scalia, mort en février 
dernier. Les républicains refusent depuis lors d'examiner la 
candidature de Merrick Garland, le magistrat choisi par Barack 
Obama pour lui succéder.  
    Parmi les autres dossiers qui attendent le Congrès l'an 
prochain figurent la nécessité d'autoriser un relèvement de la 
capacité d'emprunt du Trésor, auquel s'opposent certains 
républicains sans coupes budgétaires drastiques, ainsi que la 
possible approbation d'accords de libre-échange comme le 
Partenariat transpacifique.  
 
 (Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant