US Open: Serena en pole pour une sixième finale à New York

le
0

par Eric Salliot

NEW YORK (Reuters) - Les demi-finales féminines de l'US Open mettront aux prises vendredi quatre joueuses qui ont déjà atteint une finale de Grand Chelem cette saison, une première dans l'histoire de l'ère Open.

Cette statistique apporte la preuve que l'exigence de ce tournoi de Flushing Meadows laisse peu de place aux surprises et aux nouveautés.

Si le suspense règne autour du choc entre Victoria Azarenka (tête de série n°1) et Maria Sharapova (n°3), le match entre Serena Williams (n°4) et Sara Errani (n°10) paraît plus déséquilibré.

La rivalité n'est plus à démontrer entre la Biélorusse et la Russe, qui s'affronteront pour la dixième fois de leur carrière, Azarenka menant cinq succès à quatre. Mais ce sera surtout la quatrième explication cette année.

Maria Sharapova a toujours en travers de la gorge la correction reçue en finale de l'Open d'Australie (6-0 6-3). Et ce n'est pas le succès à Stuttgart qui va la rassasier.

Pour sa première demi-finale sur le ciment new-yorkais, ce qui a sécurisé sa place de numéro un mondiale, Victoria Azarenka part avec un léger avantage d'autant que Maria Sharapova reste sur deux durs combats face à Nadia Petrova et Marion Bartoli.

Mais la championne de Roland-Garros a pour elle cette statistique extraordinaire : elle n'a plus perdu une rencontre en trois sets depuis un an. Encore faudra-t-il prendre en défaut le jeu bien huilé de Victoria Azarenka.

ERRANI ET SES DRÔLES DE RELATIONS

Dans l'autre demi-finale, Serena Williams paraît supérieurement armée pour décrocher une sixième finale à Flushing Meadows.

Finaliste surprise à Roland-Garros, Sara Errani réalise la meilleure saison de sa carrière. Mais on voit mal l'Italienne stopper l'irrésistible ascension de l'Américaine, qui n'a cédé que douze jeux en quatre rencontres.

"Serena est une joueuse incroyable, on verra comment cela va se passer", a dit Sara Errani.

Par ailleurs, l'Italienne a été interrogée sur le fait qu'elle a travaillé avec le docteur Garcia del Moral, qui vient d'être suspendu à vie par l'Agence antidopage américaine. Cet Espagnol a été le médecin de 1999 à 2003 de l'équipe cycliste US Postal, dont le leader a été Lance Armstrong.

"C'était le meilleur médecin à Valence et il était normal que je travaille avec lui", a précisé Sara Errani. "Mais comme il est impliqué dans cette affaire, je ne vais plus travailler avec lui. Mais la Fédération internationale ne m'a pas interdit quoi que ce soit."

Edité par Bertrand Boucey

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant