US Open: Mario Bartoli veut savourer son premier quart

le
0
MARION BARTOLI EN QUARTS DE FINALE DE L'US OPEN
MARION BARTOLI EN QUARTS DE FINALE DE L'US OPEN

par Eric Salliot

NEW YORK (Reuters) - Depuis son titre chez les juniors en 2001, Marion Bartoli était promise à de grandes choses à Flushing Medows. Mais elle a dû attendre sa onzième participation pour que la lumière new-yorkaise s'attarde sur elle.

Après trois échecs successifs au deuxième tour, la Française, 11e mondiale, a frappé un grand coup dimanche soir en atomisant la Tchèque Petra Kvitova, tête de série numéro cinq.

Ce succès de prestige - l'un de ses plus beaux en Grand Chelem - va lui donner l'occasion de fouler mardi le Stadium Arthur Ashe face à Maria Sharapova, tête de série numéro 3.

"Face à Petra, c'était pas loin de l'état de grâce dans la troisième manche mais je ne m'emballe pas", assure Marion Bartoli.

"Dans ce sport, il faut se remettre en cause perpétuellement. Je sais que je peux faire un match pourri."

La Française présente un bilan très négatif face à Maria Sharapova, avec quatre défaites en autant de rencontres.

"Je l'ai battue en décembre 2001 à l'Orange Bowl (un tournoi junior, ndlr) mais je ne crois pas que cela compte", rit-elle.

Marion Bartoli, qui a complété sa collection de quarts en Chelem, s'attend à subir une grosse pression de la part de la Russe.

"La dernière fois que je l'avais rencontrée, c'était il y a deux ans à Cincinnati. C'était un peu comme lors du premier set face à Kvitova, elle prenait l'échange à son compte."

Mais l'Auvergnate, qui est encouragée dans les tribunes par Amélie Mauresmo, la nouvelle capitaine de Fed Cup, n'est pas du genre à faire des complexes.

"On n'admire pas une joueuse comme Maria, assène-t-elle. Revenir d'une blessure à l'épaule, sortir du Top 100 et gagner Roland-Garros, c'est très respectable. Le respect, c'est important mais ça ne va plus loin."

Marion Bartoli sait que Maria Sharapova présente son visage de "tueuse glaciale".

"Chaque fille fait comme elle a envie, observe-t-elle. C'est un monde extrêmement compétitif. Tout le monde n'est pas aussi jovial que Kim Clijsters. Ce n'est pas pour cela que c'est une méchante fille."

"On ne juge pas les gens sur leur apparence extérieure. Elle est très sollicitée donc elle veut se protéger et c'est normal."

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant