US Open: entre Nadal et Gasquet, une vieille complicité

le
0
RAFAEL NADAL ET RICHARD GASQUET, AMIS ET FUTURS ADVERSAIRES
RAFAEL NADAL ET RICHARD GASQUET, AMIS ET FUTURS ADVERSAIRES

par Eric Salliot

NEW YORK (Reuters) - Futurs adversaires en demi-finale de l'US Open, Rafael Nadal et Richard Gasquet sont nés à quinze jours d'intervalle en 1986 et se sont toujours surveillés du coin de l'oeil depuis l'âge de 13 ans.

L'Espagnol et le Français ont gardé de leurs jeunes années une amitié solide, même si Nadal a pris le pas sur son ancien rival, qui le dominait dans les catégories de jeunes mais n'est pas parvenu à tenir la cadence lors du passage dans la cour des grands.

Le Français rigole encore en se souvenant de leur désormais célèbre demi-finale des Petits As en 1999 qu'il avait remportée.

"Ce qu'il y a eu de bien après Tarbes, c'est que j'ai mené au face à face. Aujourd'hui, je n'ose même pas regarder le bilan", avoue Gasquet.

Si l'on met de côté un abandon de l'Espagnol dans un challenger il y a quelques années, le Majorquin mène la série par dix victoires à zéro. Une statistique que Toni Nadal, l'oncle et coach du champion espagnol, aurait presque du mal à comprendre quand il se souvient du "petit Richard".

"A l'époque, Rafael Nadal savait qu'il y avait en France un joueur incroyablement bon", a déclaré Toni Nadal à Reuters.

"Il avait beaucoup d'admiration. Il avait déjà un très joli revers. Je n'étais pas à Tarbes mais je me souviens aussi qu'on était à Majorque quand Richard avait battu Franco Squillari à Monte-Carlo en 2002. A seulement 15 ans, c'était incroyable."

UNE CAMARADERIE NON FEINTE

Toni Nadal jette un regard très lucide sur la trajectoire du Français.

"Si tu penses que Richard était le meilleur du monde quand il était petit, tu peux penser qu'il restera toujours le meilleur. Mais ça ne marche pas comme ça", souligne Toni.

"Je pense qu'il a subi le fait que toute la France attendait trop de lui. On pouvait se dire qu'il pouvait faire plus mais il y avait une sacrée concurrence. Au final, tu fais ce que tu dois faire."

Pour autant, les deux rivaux s'apprécient et même mieux, se vouent une solide amitié. Rafael Nadal a ouvertement déclaré qu'il était content pour Richard quand il a franchi la barrière psychologique des huitièmes de finale face à Milos Raonic. Et cette camaraderie n'est pas feinte.

La preuve en est apportée par Benito Perez-Barbadillo, l'attaché de presse de Rafael Nadal.

"Quand Richard a eu ses problèmes (NDLR : le contrôle positif à la cocaïne en 2009), Rafa l'a soutenu. Je lui avais pourtant glissé 'tu sais, en terme de communication, c'est dangereux', il m'a répondu : 'je m'en fous, c'est mon ami, je crois ce qu'il dit'"

Samedi, sur le Central de Flushing Meadows où ils viseront une place en finale, Rafael Nadal et Richard Gasquet n'auront d'autre choix que d'oublier cette amitié.

Mais peut-être auront-ils tous deux un sourire intérieur en repensant à l'ambiance champêtre de Tarbes en 1999. Une petite éternité.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant