US Open: Djokovic et Nadal régleront leurs comptes lundi

le
0
RAFAEL NADAL REJOINT NOVAK DJOKOVIC EN FINALE DE L'US OPEN
RAFAEL NADAL REJOINT NOVAK DJOKOVIC EN FINALE DE L'US OPEN

par Eric Salliot

NEW YORK (Reuters) - Le numéro un mondial Novak Djokovic et le numéro deux Rafael Nadal se retrouveront lundi en finale de l'US Open après s'être tous deux imposés samedi lors de deux demi-finales contrastées.

Le Serbe a souffert pour arracher son billet aux dépens du Suisse Stanislas Wawrinka, tête de série n°9, après cinq sets d'efforts et de suspense sur le court central Arthur-Ashe 2-6 7-6 3-6 6-3 6-4, alors que l'Espagnol a infligé une onzième défaite consécutive au Français Richard Gasquet (n°8) à l'issue de trois sets bien maîtrisés (6-4 7-6 6-2).

Ce sera la troisième finale commune à Flushing Meadows entre les deux rivaux, après celles de 2010 et 2011. Jusqu'alors, ils se sont répartis les succès et ce 37e affrontement aura des allures de règlement de comptes car il pèsera lourd dans la lutte pour la place de numéro un mondial en fin d'année.

Assuré de conserver son trône à l'issue de ce quatrième Grand Chelem, Novak Djokovic sait qu'un deuxième titre majeur après l'Open d'Australie lui permettrait de maintenir Nadal à distance pendant au moins quelques semaines encore.

Tendu par l'enjeu, Novak Djokovic a été sérieusement chahuté par Stanislas Wawrinka, 10e mondial. Comme lors de leur bataille épique à Melbourne en début d'année, le Suisse a pris le meilleur départ grâce à des coups très puissants. Mais il n'a pu maintenir un avantage de 6-4 4-2.

Dans le tie-break, Novak Djokovic égalisait à une manche partout. Mais Stanislas Wawrinka reprenait les commandes. Mais il a été sanctionné d'un point de pénalité au début du quatrième set pour avoir brisé en deux sa raquette. Un geste de frustration qui s'expliquait par l'apparition d'une gêne physique au niveau des adducteurs.

Malgré la douleur qui le handicapait, le Suisse a démontré un courage énorme en repoussant l'échéance. Symbole : le troisième jeu du cinquième set, où il effaçait cinq balles de break. Mais sa bravoure avait ses limites : Novak Djokovic a obtenu gain de cause deux jeux plus tard et est parvenu à boucler le match sur sa mise en jeu, sur un ace.

«Je veux féliciter Stan, il a joué un meilleur tennis, a déclaré avec sportivité Novak Djokovic. J'ai eu toutes les peines du monde à trouver mon rythme. J'ai beaucoup couru. Je ne jouais pas aussi bien que je le voulais. Combien de temps a duré ce fameux jeu ? 21 minutes ! Tout le monde pensait que celui qui gagnerait ce jeu gagnerait ce match. Mais j'ai dû me battre jusqu'au bout.»

Après sa défaite 12-10 au cinquième set à l'Open d'Australie, Stanislas Wawrinka est décidément maudit face au Serbe. «J'ai donné tout ce que j'avais, le public a été merveilleux mais c'est un sacré guerrier », a-t-il dit avant de quitter le Stadium Arthur Ashe sous une vibrante ovation.

GASQUET IMPUISSANT FACE À NADAL

La deuxième demi-finale a été beaucoup plus fade en émotions. Malgré quelques fulgurances et des choix tactiques audacieux et perturbants pour Rafael Nadal, Richard Gasquet a été impuissant face à Rafael Nadal, victorieux en trois sets (6-4 7-6 6-2).

L'Espagnol se qualifie ainsi pour sa douzième finale de la saison et sa dix-huitième en Grand Chelem.

«Les conditions étaient difficiles, le vent était fort, a déclaré Rafael Nadal. Dans ce genre de match, c'est important de gagner le premier set. Dans le deuxième set, j'ai été chanceux de sauver deux balles de 5-3 avec un ace et sur un service sur le corps. Après, j'ai joué un excellent tie-break. A ce moment, je ne dirais pas que c'était plié mais c'était un énorme avantage."

Six ans après sa seule demi-finale de Grand Chelem à Wimbledon, Richard Gasquet n'a pas à rougir, il restera le premier à avoir subtilisé la mise en jeu de l'Espagnol cette année à Flushing Meadows.

«Bien sûr, je n'ai pas démérité, mais au final ça reste quand même une défaite trois sets zéro, a analysé Richard Gasquet. Je pense que j'aurais pu gagner un set. Le deuxième est accroché, mon plan de jeu marchait bien, je sentais que je le dérangeais vraiment. J'étais vraiment au niveau. Il y avait très peu de choses qu'il faisait bien mieux que moi. Mais il a une plus grosse expérience de ce genre de match que moi.»

Edité par Danielle Rouquié

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant