Uruguay : l'Etat légalise la production et la vente de cannabis

le
0
Uruguay : l'Etat légalise la production et la vente de cannabis
Uruguay : l'Etat légalise la production et la vente de cannabis

C'est une première dans le monde. L'Uruguay a définitivement approuvé la loi régulant la production et la vente de cannabis. L'initiative, sans précédent dans le monde et portée par le président de gauche Jose Mujica, a été votée mardi soir par le parlement. «C'est un jour historique», s'est réjoui l'organisation Régulation responsable, qui avait lancé plusieurs campagnes en faveur de cette initiative.

Cette loi pionnière confère à l'Etat la mainmise sur la culture et la vente du cannabis à des fins récréatives. Elle va au-delà des expériences menées dans les Etats américains du Colorado et de Washington, aux Pays-Bas ou en Espagne, qui autorisent ou tolèrent la production de cannabis dans un cadre privé.

A l'issue de 12 heures de débat au Sénat, la loi a été approuvée par 16 voix sur 29, grâce aux seuls suffrages des sénateurs membres du Frente amplio (gauche, au pouvoir), dans la foulée des députés ayant déjà voté le texte en juillet. Si la constitutionnalité de la loi est confirmée, et après signatures des décrets d'application, sa mise en oeuvre interviendra en avril 2014.

L'annonce du vote a été accueillie par une salve d'applaudissements provenant des rangs du public alors que plusieurs centaines de partisans en liesse étaient rassemblés aux abords du Palais législatif, à Montevideo, pour célébrer «le grand jour», dans une forte odeur de cannabis et de feux d'artifices. Plus de 60% de la population rejette ce projet, critiqué par l'opposition, par certains professionnels de santé et par des pharmaciens.

Une alternative pour lutter contre le narcotrafic

Dans l'hémicycle, le sénateur du Frente amplio Alberto Couriel estimait que l'Uruguay se place ainsi «à l'avant-garde mondiale sur ce sujet». «L'Uruguay vote cette loi dans la cadre d'une série de textes en faveur de la défense des droits individuels», a-t-il ajouté, évoquant l'approbation ces derniers mois de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant