Uruguay : enceinte après un viol, une fillette de 12 ans autorisée à garder son enfant

le , mis à jour à 10:59
0
Uruguay : enceinte après un viol, une fillette de 12 ans autorisée à garder son enfant
Uruguay : enceinte après un viol, une fillette de 12 ans autorisée à garder son enfant

L'affaire suscite une véritable polémique depuis plusieurs semaines. Une fillette uruguayenne de 12 ans, tombée enceinte après avoir été violée et qui ne souhaitait pas avorter, a été autorisée à garder son enfant à l'issue d'une évaluation médicale.

Citant l'Institut uruguayen de l'enfant et de l'adolescent (Inau), le journal en ligne Subrayado précise samedi que la fillette, qui en est à son cinquième mois de grossesse, continuera à recevoir une assistance médicale et psychologique. Selon des sources médicales et proches de sa famille, la petite fille présente un léger retard mental et des problèmes d'apprentissage. Sa mère voulait que sa fille avorte mais celle-ci avait demandé à garder son enfant, bien que des experts médicaux aient mis en doute sa capacité à comprendre les conséquences de la grossesse et de la maternité.

La fillette est tombée enceinte du grand-père de sa demi-soeur, âgé de 41 ans, lors des fréquentes visites de celui-ci au domicile familial à Montevideo. L'Uruguay a légalisé l'avortement jusqu'à 12 semaines de gestation en 2013, après des décennies de débat sur le sujet. La loi permet, en cas de viol, d'avorter jusqu'à 14 semaines.

Débat public au Paraguay et au Portugal

Cette affaire survient alors qu'au Paraguay, le cas d'une fillette de 10 ans, violée par son beau-père et désormais enceinte de cinq mois, a provoqué un débat public entre défenseurs de la loi, qui n'autorise l'avortement qu'en cas de danger pour la vie de la mère et uniquement jusqu'à la 20e semaine de grossesse, et partisans d'un assouplissement en cas de viol. Les autorités se sont elles déclarées contre tout avortement.

Au Portugal, le débat a également été relancé le 27 avril dernier après la découverte au terme de 20 semaines de la grossesse d'une petite fille de 12 ans alors que la loi n'autorise l'avortement, en cas de viol ou crime sexuel, uniquement jusquà la 16e semaine. La grossesse de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant