Uran voulait limiter la casse

le
0
Uran voulait limiter la casse
Uran voulait limiter la casse

S'il a perdu du temps sur les dernières rampes de l'Izoard, Rigoberto Uran reste en course pour le podium final et espère que le chrono de Marseille pourra lui permettre de passer devant Romain Bardet.

Les pentes diaboliques de l'Izoard sont passées et Rigoberto Uran peut cocher toutes les cases des objectifs qu'il s'était donné. Il n'a perdu que six secondes sur Romain Bardet et deux sur Chris Froome. Pour lui, tout va pour le mieux : « L'important était de ne pas perdre de temps. Je suis content au final. On est monté vite, c'était très dur, mais ça c'est bien passé. » Critiqué pour son manque d'initiative et son attentisme, le leader de l'équipe Cannondale-Drapac ne cache pas qu'il n'est pas en mesure de rivaliser : « C'est très difficile d'attaquer les Sky, quasi impossible. Ca monte vite, c'est compliqué. »

Le chrono au Vélodrome, Uran l'attend

Il a fini derrière Froome et Bardet lors du contre-la-montre de Dusseldorf, mais le Colombien pourrait bien tirer son épingle du jeu à Marseille. Il a des références de choix dans l'épreuve en solitaire, sur le Giro entre autres, et son retard est toujours mince avec le maillot jaune. Et si Rigoberto Uran remportait le Tour? En tout cas, le chrono, il l'attend : « On sait qui on a devant au général. C'est un contre-la-montre difficile, en troisième semaine, on verra bien ce qui va se passer. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant