Universités : les étudiants inquiets du coût de la rentrée

le
1
Universités : les étudiants inquiets du coût de la rentrée
Universités : les étudiants inquiets du coût de la rentrée

Les organisations étudiantes sont inquiètes du coût de la rentrée alors qu'a été votée vendredi l'augmentation de cinq centimes du prix du ticket de restauration universitaire, qui passe à 3,20 euros.Le prix du repas étudiant a été fixé lors du conseil d'administration du Cnous (Centre national des oeuvres universitaires et scolaires).

Alors que se tenait le vote, une soixantaine de militants de l'Unef, première organisation étudiante, ont manifesté devant le Cnous aux cris «d'Assez, assez, de cette société qui n'offre que le chômage et la précarité» et «Etudiants en colère, on ne va pas se laisser faire».

«Les étudiants refusent que leurs conditions de vie se dégradent à la rentrée», a expliqué William Martinet, président de l'Unef. «On restera mobilisés tout l'été», a-t-il assuré, «on refuse que le gouvernement prenne dans la poche des étudiants». Selon une étude de l'Observatoire de la vie étudiante (OVE), 54% des étudiants évoquent des difficultés financières, de moyennes à très importantes.

Des droits d'inscription en hausse de 0,7%

Le secrétariat d'Etat à l'Enseignement supérieur a confirmé l'augmentation de 5 centimes du prix du ticket de resto U. Il s'agit d'une «hausse (de 1,5% ndlr) qui est modérée et qui permet de financer le développement d'une activité de restauration accessible socialement et de qualité pour les étudiants», a-t-il expliqué. Pour un étudiant mangeant 5 jours par semaine au Restaurant Universitaire, cela représente une hausse de 1 euro du budget mensuel. 

Par ailleurs, le secrétariat d'Etat a indiqué que les droits d'inscription allaient augmenter de 0,7% à la rentrée, une augmentation qualifiée de «très mesurée»: «l'an dernier, la hausse était de 1,2% et la moyenne pondérée de ces six dernières années était de 2,1% de hausse par an».

Les étudiants devront débourser 184 euros pour l'inscription en licence, contre 183 euros l'an ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le vendredi 4 juil 2014 à 17:23

    Laissez-les profiter de leurs dernières vacances insouciantes, ils auront toute leur vie pour se plaindre.