Universités : l'Unef dénonce des méthodes de sélection illégales

le
0
Universités : l'Unef dénonce des méthodes de sélection illégales
Universités : l'Unef dénonce des méthodes de sélection illégales

L'Unef vient de publier un rapport dénoncant, comme l'an passé, les dérives des universités. Selon le syndicat étudiant, trente-trois universités pratiquent une sélection illégale des étudiants et 14 imposent des frais d'inscription illégaux.

Selon ce rapport annuel, des universités instaurent des «capacités d'accueil» afin de limiter le nombre d'inscriptions, et «n'hésitent pas à mettre en place un tirage au sort» à l'entrée de leurs formations. La mise en place de «capacités d'accueil» est une «tendance inquiétante» en région parisienne, qui concentre le plus d'étudiants. Treize universités sur les 17 pratiquent des «capacités d'accueil» en licence. Hors Ile-de-France, 21 universités usent de cette pratique pour la rentrée 2014. 

Menace de recours administratif

De «plus en plus d'établissements choisissent de limiter le nombre de places disponibles en licence et en master par un processus de sélection», déplore le rapport.

Dans les licences spécialisées, les universités affirment que des «prérequis» sont «indispensables» comme pour certains diplômes d'ingénieur ou de langue, alors qu'une université doit faire progresser l'étudiant «à partir des connaissances attestées par le baccalauréat».

Parmi les universités épinglées figurent Paris-5 (pour sa licence en droit), Avignon («Info Com»), Paris-4 (Arabe), Bordeaux-3 (musicologie), Paris-7 (Sciences de la vie), etc.

Le président de l'Unef, William Martinet, demande au ministre de l'Education nationale Benoît Hamon et à la secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur Geneviève Fioraso de «faire respecter la loi et d'assumer leurs responsabilités», faute de quoi «l'Unef déposera des recours devant les tribunaux administratifs, contre les universités ou les rectorats».

«Des situations budgétaires très compliquées»

«La deuxième exigence, qui est le coeur du sujet, c'est qu'il faut donner au service public les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant