Université : un accord sur la sélection en master

le
0
Les universités pourront désormais refuser des étudiants à l'entrée en master pour des raisons de place (capacités d'accueil) ou de niveau. Photo d'illustration de la Sorbonne. 
Les universités pourront désormais refuser des étudiants à l'entrée en master pour des raisons de place (capacités d'accueil) ou de niveau. Photo d'illustration de la Sorbonne. 

Un accord sur la « sélection » en master (bien que le mot ne soit pas employé, NDLR) aurait été trouvé la semaine dernière entre les organisations syndicales, les universités et le gouvernement. Il devrait être présenté mardi après-midi à 16 heures au ministère de l'Éducation nationale, selon une information des Échos. Les universités pourront désormais refuser des étudiants à l'entrée en master « pour des raisons de place (capacités d'accueil) ou de niveau », selon le quotidien économique. L'admission, comme dans le privé, pourra être conditionnée au passage d'un concours ou à l'examen du dossier.

Les recalés pourraient demander au recteur qu'il leur soit proposé une solution alternative et cohérente, qui tienne compte de leur parcours en licence. Le recteur d'académie devra faire trois propositions en favorisant, si possible, l'établissement dans lequel l'étudiant a effectué ses premières années d'études. Les organisations syndicales pourraient encore faire évoluer le texte, jugé très sensible. Reste à savoir quelle place le gouvernement compte lui trouver dans le calendrier législatif.

En réalité, de nombreuses universités sélectionnent officieusement leurs étudiants à l'entrée de la licence et avant d'entrer en master. Chaque année, l'Unef, syndicat étudiant, publie une liste des universités les plus sélectives. En février 2016, le Conseil d'État avait jugé illégale la sélection...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant