Université : l'élargissement controversé des cours en anglais voté à l'Assemblée

le
0
Université : l'élargissement controversé des cours en anglais voté à l'Assemblée
Université : l'élargissement controversé des cours en anglais voté à l'Assemblée

Les cours en anglais vont bel et bien débarquer à l'université. L'élargissement controversé de l'enseignement en langues étrangères, notamment en anglais, dans les facultés françaises a été adopté ce jeudi à main levée à l'Assemblée nationale, après plus de deux heures d'un débat passionné.

En autorisant les cours en anglais dans l'université, cet article modifie une exception française inscrite dans le marbre depuis? 1994.

Si tous les amendements visant à supprimer l'article 2 du projet de loi sur l'enseignement supérieur et la recherche ont été repoussés dans l'hémicycle, les députés ont encore encadré cette nouvelle dérogation à l'enseignement en langue française en votant un amendement du PS, qui avait reçu un avis favorable du gouvernement. Cet amendement précise que les exceptions à l'enseignement en français ne seront admises pour certains enseignements que «lorsqu'elles sont justifiées par des nécessités pédagogiques». «C'est une condition supplémentaire», a noté Jean-Pierre Dufau (PS) en le défendant, après avoir souligné «la volonté commune d'encadrer au maximum les conditions dans lesquelles des enseignements en langue étrangère seront dispensés à des étudiants étrangers».

Un débat passionné

Le projet de loi porté par la ministre de l'Enseignement supérieur Geneviève Fioraso étend en effet les exceptions à l'enseignement en français à l'université, afin de favoriser l'attractivité des universités. La loi Toubon de 1994 écrit expressément que la langue de l'enseignement est le français et prévoit déjà des exceptions. Mais la disposition a déclenché un débat passionné depuis plusieurs semaines et l'Académie française avait même demandé au gouvernement de renoncer.

Offensifs jusqu'au bout, plusieurs députés UMP ont vivement combattu l'article, soutenu à l'inverse par d'autres élus du parti comme Benoît Apparu. «Un peuple qui parle de plus en plus une...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant