Université d'été de La Rochelle : Cambadélis veut un PS rassemblé

le
2
Université d'été de La Rochelle : Cambadélis veut un PS rassemblé
Université d'été de La Rochelle : Cambadélis veut un PS rassemblé

Finis les couacs et les divisions : Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, a assuré vendredi matin que le PS «fera synthèse» à l'issue de son Université d'été qui s'ouvre ce même jour.

Interrogé par France 2 depuis La Rochelle, au lendemain d'une interview où il a cadré les discussions internes - il ne s'agit pas de «renverser le gouvernement» - le député a commenté : «Je ne pense pas que le débat soit entre les frondeurs et le gouvernement». Il est «entre le PS avec l'ensemble de ses sensibilités et le gouvernement». Jeudi, le premier secrétaire du PS avait appelé la majorité à «cesser les postures».

Avant, «on se sifflait les uns les autres»

«Il n'y a pas, d'une part, ceux qui contestent l'orientation économique - je dis bien économique - du gouvernement et de l'autre un gouvernement esseulé. Il y a un parti dans lequel il y a des nuances, des divergences, mais qui fera synthèse et qui discutera avec le gouvernement», a assuré le numéro un socialiste.

Le PS, «c'est dans son ADN qu'il y a des désaccords», a voulu relativiser l'élu de Paris. «Depuis près de 20 ans que je viens à La Rochelle, je n'ai jamais vu une réunion commencer dans l'unanimité». Il a rappelé des éditions de cette université de rentrée «où on se sifflait les uns les autres». «Ce ne sera pas le cas», a tranché Jean-Christophe Cambadélis.

«Apaiser»

Le patron des socialistes s'est dit persuadé que son «appel à dépasser les divergences, à ne pas surjouer les différences a été entendu». «L'orage a éclaté avant La Rochelle», a-t-il assuré, soulignant sa volté de «rassembler, apaiser».

Désunie, ébranlée par une grave crise gouvernementale et une polémique sur les 35 heures, la «famille» socialiste presque au grand complet ouvre dans une ambiance électrique ses trois jours de débat à La Rochelle, quatre jours après la constitution d'un nouveau gouvernement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mipolod le vendredi 29 aout 2014 à 11:13

    Pas gagnée son histoire! Surtout avec la tête de parrain qu'il a, il inspirerait plus la fuite que le rassemblement !

  • pichou59 le vendredi 29 aout 2014 à 11:03

    tous ces privilégiés qui n'ont pas de problèmes de fin de mois!!!!! et pendant ce temps, le "petit peuple " est en chômage avec des familles entière brisées car père, mère & enfants sans boulot; et pendant ce temps, ils font la fête