United colors of Major League Soccer

le
0
United colors of Major League Soccer
United colors of Major League Soccer

L'actu mensuelle du championnat nord-américain compilée en un article. On prend des nouvelles de Benoît Cheyrou, d'Obafemi Martins, de l'inquiétant David Villa et on analyse les chiffres rassurants concernant l'implantation progressive du football dans le pays qui l'appelle soccer.

Comme chaque saison ou presque, la MLS s'illustre par son homogénéité et il est difficile de désigner la franchise qui réalise la meilleure entame, après quasi deux mois d'exercice. D'autant plus qu'il y a un gros décalage entre le nombre de matchs disputés par chaque équipe : 9 pour celles qui ont le plus joué, 8 pour d'autres, 7 matchs, 6 matchs et même seulement 4 matchs dans le cas particulier de l'Impact de Montréal, qui a obtenu le report de plusieurs rencontres pour mettre toutes les chances de son côté dans son objectif de remporter la Ligue des champions. Résultat des courses, le classement ne signifie pas grand-chose pour l'instant


Il faut tout de même signaler qu'une seule formation reste toujours invaincue : les Red Bulls de New York qui, après 6 journées, comptent 3 victoires et 3 nuls, dont le dernier concédé ce week-end dans le " Clásico " face à Los Angeles Galaxy (1-1, avec la belle ouverture du score pour LA signée du jeune et prometteur Bradford Jamieson IV). Une partie à laquelle a pris part comme d'habitude depuis le début de saison le Français Damien Perrinelle, qui s'est imposé dans ce groupe et poursuit l'héritage de la " french touch " à la suite d'Henry et Luyindula. Ronald Zubar, de retour de blessure, pourrait bientôt le rejoindre.
Kaká SC 0-2 Giovinco FC
Chez les nouveaux voisins de New York City FC en revanche, c'est beaucoup moins la fête puisqu'après d'encourageants débuts (1 victoire et 2 nuls), l'actuelle série est de 4 défaites et 1 nul sur les cinq derniers matchs ! Cette saison inaugurale devait commencer avec deux stars dans l'équipe, mais elle n'en compte actuellement qu'un seul à peine valide : Frank Lampard joue la prolongation en Angleterre, tandis que David Villa n'est là que par intermittence, entre deux pépins physiques. À la limite, il y a quelque chose de rassurant à voir qu'on ne fabrique pas comme ça de toutes pièces une équipe tout de suite performante, c'est plutôt bon signe pour le niveau de la MLS

</br></br></br></br>


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant