Union-Le FN retrouve des chances de former un groupe européen

le
1

PARIS, 17 octobre (Reuters) - La dissolution du groupe eurosceptique dirigé par le chef de l'Ukip britannique Nigel Farage au Parlement européen relance les chances du Front national de former le sien, même si relations restent complexes au sein de cette mouvance. Marine Le Pen, la présidente de la formation française, a déclaré vendredi à l'Express.fr n'avoir "jamais perdu l'espoir" de créer son propre groupe politique à Strasbourg, un vecteur d'influence et de financements. Au printemps dernier, les deux formations avaient bataillé ferme pour attirer à elles les députés eurosceptiques, la constitution d'un groupe exigeant de réunir au moins 25 députés de sept nationalités différentes. Le FN avait alors perdu son pari, ne parvenant à agréger autour du FN que des députés de quatre autres pays issus du Vlaams Belang belge, de la Ligue du Nord italienne, du PVV néerlandais et du FPÖ autrichien. La dissolution du Groupe de l'Europe de la liberté et de la démocratie directe (ELDD) à la suite de la défection d'une eurodéputée lettonne pourrait changer la donne si certains de ses ex-membres vivaient mal de se retrouver non inscrits. L'ELDD ne compte plus, à la suite de cette démission, de membres originaires d'au moins sept pays différents. "Ça va rendre la chose peut-être un peu plus aisée. Nous n'avons jamais cessé d'oeuvrer à la constitution d'un groupe même si ça fonctionne très bien comme ça", a dit l'eurodéputé et vice-président du FN Florian Philippot à Reuters. Selon lui, l'éclatement du groupe de Nigel Farage donne raison au FN et à ses alliés, qui avaient expliqué en juin leur échec par leur volonté "de privilégier la qualité et la cohérence plutôt que la facilité et la précipitation". L'Ukip avait réussi à attirer les Italiens du Mouvement Cinq Etoiles de Beppe Grillo, les Démocrates suédois, le parti lituanien Ordre et Justice, le Parti des citoyens libres de la République Tchèque, la Lettone démissionnaire et une Française, dissidente du FN. Marine Le Pen a démenti vendredi que le PVV néerlandais de Geert Wilders et le Vlaams Belang belge aient pris leurs distances. "Je suis toujours en contact avec Geert Wilders pour la création du groupe", a-t-elle dit à l'Express.fr. La dirigeante a ajouté ne pas se réjouir de la disparition d'ELDD, tout en la jugeant "prévisible". "Si, à la place d'Ukip, c'était le FN qui avait constitué un groupe qui tienne à peine deux mois, la presse en aurait fait des gorges chaudes!". (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2766070 le vendredi 17 oct 2014 à 12:51

    et les reclus du P§ à l assemblée aussi Thevenoud andireu... jeanpass