Union européenne : «La France n'est pas un Land allemand», lance Cambadélis

le
5
Union européenne : «La France n'est pas un Land allemand», lance Cambadélis
Union européenne : «La France n'est pas un Land allemand», lance Cambadélis

Alors que les sociaux-démocrates européens espèrent infléchir la politique monétaire et budgétaire exigée par la chancelière Merkel lors d'un sommet samedi à Bruxelles (lire ci-dessous), Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti socialiste français, a lancé vendredi une charge contre la dirigeante conservatrice allemande.

De La Rochelle (Charente-Maritime) où se tient l'université d'été du PS, le chef du parti estime qu' «il y a entre le SPD (le parti social-démocrate allemand) et Mme Merkel une grande différence. Le SPD nous tend la main, Mme Merkel nous fait la leçon». «Je crois que nos deux nations ne peuvent pas avancer ensemble s'il n'y a pas du respect entre ces deux nations. Nous sommes une grande nation qui fait des efforts pour nous rassembler. Nous ne sommes pas un Länder (Land, au singulier en allemand, Etat-Région allemand, Ndlr) allemand», a-t-il lancé.

Le Français a salué la venue de de l'Allemand Martin Schulz, membre du SPD, qui fut le candidat des sociaux-démocrates lors des élections européennes. «Il nous parle le vrai langage de l'Allemagne», a affirmé Jean-Christophe Cambadélis. Le président du Parlement européen, réélu dans ses fonctions après les Européennes, s'est absenté de la salle peu après ces propos.

Mercredi, le Premier ministre Manuel Valls avait refusé l'idée d'un «face-à-face absurde avec l'Allemagne», tout en demandant d'adapter le rythme de réduction des dépenses publiques.

Merkel demande des «véritables réformes structurelles»

Si elle s'est abstenue de tout commentaire sur le nouvel exécutif à Paris, la chancelière allemande avait renouvelé mercredi soir son appel à de «véritables réformes structurelles en France», sans plus de commentaires sur le nouveau gouvernement français, lors d'une interview publique organisée par le magazine «Cicero». «En France, il s'agit de savoir si l'on fait de véritables réformes structurelles. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lhonderm le samedi 30 aout 2014 à 10:52

    Cambadelis, C'est vrai ce que vous dites. La France n'est pas l'Allemagne. Mais la France ferait bien de s'en inspirer, plutôt que de creuser sa dette-tombe.

  • bordo le samedi 30 aout 2014 à 09:14

    Je comprends que M. Cambadelis est d'origine grecque. Peut-être a-t-il une dent contre l'Allemagne ? En tout cas, cet antigermanisme est suspect.

  • mipolod le samedi 30 aout 2014 à 08:45

    Mauvaise stratégie que de vouloir stigmatiser l'Allemagne. Mais pour les social.os, c'est toujours la faute des autres. Ces gens n'ont pas compris que leur idéologie est complètement dépassée et s'apparente à de la préhistoire.

  • brinon1 le samedi 30 aout 2014 à 00:02

    à qaund la sortie de l'euro ?

  • cavalair le vendredi 29 aout 2014 à 21:41

    Brillant ce Cambadelis, Il a mis longtemps pour la trouver celle la