Union bancaire : un saut fédéral au prix d'un grand flou

le
2
Wolfgang Schaüble et Pierre Moscovici, ministres des Finances allemand et français (photo d'illustration).
Wolfgang Schaüble et Pierre Moscovici, ministres des Finances allemand et français (photo d'illustration).

"Historique", voire "révolutionnaire" : les ministres européens des Finances n'ont pas fait l'économie des grands mots la nuit dernière pour saluer leur accord sur le dernier volet d'un projet complexe, technique, mais aussi très politique, l'union bancaire, qui vise à ce que les contribuables cessent de payer pour les excès fous des banques. Depuis 2008, les États européens - donc les citoyens - ont injecté 473 milliards d'euros pour sauver le système bancaire de l'écroulement. "Il faut faire en sorte que les problèmes d'une grande banque ne deviennent plus les problèmes de toutes les banques. Et que ce ne soit plus le contribuable qui mette la main à la poche en cas de déroute bancaire", a coutume de dire Michel Barnier, le commissaire européen qui s'est énormément investi dans ce projet.Sur le papier, la fusée à plusieurs étages conçue par les grands argentiers et par le commissaire français - mais qui doit encore être votée par le Parlement européen, très exigeant en la matière - semble bien dessinée. L'union bancaire, c'est d'abord la surveillance des 130 plus grandes banques européennes par une instance unique, la BCE, censée être plus rigoureuse que les autorités de surveillance nationales, qui ont fauté par leur laisser-faire. C'est ensuite un mécanisme pour décider, le cas échéant, si une banque doit être sauvée ou mise en faillite. C'est encore une protection de l'argent des déposants, à hauteur de 100 000 euros par...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean.coq le jeudi 19 déc 2013 à 17:09

    Le nom du ministre allemand des finances est: Wolfgang Schäuble (écrit aussi Schaeuble) et non Schaüble.

  • cesarski le jeudi 19 déc 2013 à 16:58

    ils sont les seuls a se congratuler ils n'ont toujours pas compris que la finance les tients par tous les bouts rien ne changera , reforme timide et inutile