Union bancaire : Berlin et Paris proches d'un accord

le
0
L'Allemagne, jusqu'ici intraitable sur sa souveraineté financière, admet que la Commission puisse trancher formellement le sort de banques malades.

L'Allemagne s'affiche prête désormais au compromis sur le grand chantier européen de l'après-crise: l'union bancaire. La zone euro a déjà concédé à la Banque centrale européenne la supervision unique de ses 6000 banques. Mais elle peine à s'entendre sur le deuxième pilier de l'union bancaire, censé décider qui paie pour la mise en faillite ou le renflouement des banques mal en point.

Première créancière de la zone euro, l'Allemagne est restée très en retrait de ce débat pendant toute la campagne électorale. Wolfgang Schäuble, peu ou prou reconduit comme ministre des Finances, esquisse ces derniers jours une position plus souple. L'Allemagne, jusqu'ici intraitable sur sa souveraineté financière, admet que la Commission puisse trancher formellement le sort de banques malades, à condition que le pays de la maiso...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant