Unilever veut continuer à marcher sur 2 pieds

le
0
Le groupe mise toujours sur l'alimentaire, même si cette activité croît moins vite que l'hygiène-beauté.

Pas question de renoncer à son ADN bicéphale. Le groupe anglo-néerlandais Unilever a beau réaliser 53 % de ses ventes avec des produits de soin pour la maison, une activité dont les ventes et la rentabilité progressent plus vite, il ne renonce pas à ses ambitions dans l'agroalimentaire, où il souffre plus de la crise.

«Avec des marques leaders comme Lipton, Hellmann's ou Knorr, notre activité alimentaire garde un potentiel de croissance important au niveau international», assure Paul Polman, PDG d'Unilever, qui mise aussi sur cette activité pour franchir le cap des 80 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2020 (contre 51,3 milliards en 2012). La dernière acquisition du groupe, en septembre, est d'ailleurs sur une marque australienne de thé premium, T2. «L'alimentaire est au c½ur de notre métier, martèle Antoine de Saint-Affrique, patron de l...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant