Unilever ravit à L'Oréal la place de n°1 du déodorant en France

le
0

par Pascale Denis PARIS, 13 janvier (Reuters) - Unilever UNc.AS ULVR.L a ravi à L'Oréal OREP.PA la place de numéro un des déodorants en France en 2014 grâce à ses aérosols compressés sur lesquels le groupe anglo-néerlandais compte pour creuser l'écart avec son concurrent. Le géant de l'alimentaire et des produits d'hygiène, propriétaire des marques Dove, Rexona ou Axe, a capté 33,3% du marché français des déodorants, contre 32,7% pour L'Oréal (Narta, Cadum, Ushuaia ou Mennen), selon les chiffres de l'institut Nielsen. "Les formats compressés nous permettent de prendre le leadership sur ce marché", a déclaré mardi à la presse François-Xavier Apostolo, vice-président marketing de la division hygiène-beauté-entretien d'Unilever. Les déodorants dits "compressés" - deux fois plus petits que les aérosols classiques de 200 millilitres mais contenant la même quantité d'actifs et ayant la même durée d'utilisation - ont été lancés par Unilever en France il y a un an et comptent aujourd'hui pour 15% de ses ventes de déodorants pour femmes dans l'Hexagone. Dans des marchés très concurrentiels, où la guerre des prix a été encore amplifiée par les regroupements des centrales d'achats des grands distributeurs - Auchan et Système U, Casino CASP.PA et Intermarché, Carrefour CARR.PA et Cora - les innovations sont cruciales pour gagner des parts de marché. Pour convaincre, Unilever a augmenté ses investissements publicitaires de 15% l'an dernier, avec notamment d'importantes campagnes télévisées. Ces petits formats lui ont aussi permis de faire des économies de 25% sur les emballages - qui utilisent moins d'aluminium - et de limiter son empreinte carbone. "Nous avons économisé 100 tonnes d'aluminium et 1.500 tonnes de C02 en 2014", a indiqué François-Xavier Apostolo. Ces économies n'ont cependant pas encore permis de réduire les coûts de production, en raison de l'importance des frais engagés en recherche et développement et dans l'outil industriel, a-t-il précisé. En 2015, Unilever qui s'apprête à lancer les versions compressées de ses déodorants pour homme, espère voir passer de 5% à 10% la part de marché de ces petits formats sur les ventes totales de déodorants féminins et masculins. En France, son 7e marché, Unilever a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 2,7 milliards d'euros. Avec une hausse de 6% en valeur en 2014, à 500 millions d'euros, le marché français des déodorants a signé la meilleure performance de l'ensemble des produits d'hygiène-beauté, dont la progression a été limitée à 0,8%, à 2,9 milliards d'euros. Numéro un mondial des déodorants, Unilever fabrique la moitié des 4,1 milliards d'unités vendues dans le monde. (Edité par Dominique Rodriguez)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant