Unigestion anticipe une nouvelle dépréciation du renminbi chinois

le
0

(AOF) - Dans un récent commentaire de marché consacré à la Chine, Gaël Combes et Julien Malet, respectivement analyste Risque fondamental Actions et spécialiste en investissement Actions chez Unigestion, ont jugé "élevé" le risque de dépréciation de la devise chinois au cours des prochaines trimestres.

"Même si une monnaie forte fait partie de la solution vers un rééquilibrage de l'économie chinoise à nos yeux, nous ne sommes pas sûrs que les autorités soient prêtes à courir le risque d'une hausse marquée du chômage qu'entraînerait une devise forte, laquelle ferait par ailleurs couler certains secteurs de moindre importance", expliquent-ils.

Les deux gérants rappellent en effet que le maintien d'une certaine stabilité sociale est la condition de la survie du gouvernement chinois. Ce dernier ne peut donc se permettre de la mettre à mal.

Pourtant, Gaël Combes et Julien Malet ont au moins quatre bonnes raisons de considérer qu'une dépréciation du renminbi ne réglera pas les problèmes de la Chine. D'abord, "les exportations ne sont plus un moteur de croissance pour l'économie chinoise et une monnaie affaiblie n'enrayera pas le ralentissement économique".

Ensuite, l'un des problèmes les plus urgents à régler pour Pékin est la surcapacité de son industrie. Or, "une monnaie faible laisserait les industries en mauvais posture continuer à produire plus".

De plus, une baisse du yuan risque de faire entrer la région dans un engrenage dangereux puisque "d'autres économies émergentes risquent fort de dévaluer leur monnaie pour rester compétitives face à leurs concurrents chinois".

Enfin, concluent les experts d'Unigestion, "un renminbi faible aurait un effet d'érosion sur le pouvoir d'achat des ménages chinois, ce qui serait de mauvais augure pour la consommation".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant