Unigestion analyse le risque d'un événement de crédit en Chine

le
0

(AOF) - Non seulement le rééquilibrage de l'économie chinoise vers la consommation domestique et la réforme de l'offre sont, à eux seuls, des gros chantiers pour Pékin mais, en plus, ce changement de paradigme s'effectue dans un contexte difficile marqué par l'endettement élevé du secteur privé. C'est cette situation qui a inspiré à Gaël Combes et Julien Malet, respectivement analyste Risque fondamental Actions et spécialiste en investissement Actions chez Unigestion, le titre de leur dernier focus sur la Chine : "un pays pris entre le marteau et l'enclume".

"La Chine fait face à de nombreux défis de taille alors qu'elle s'efforce de rééquilibrer son économie dans un contexte marqué par l'endettement élevé de ses entreprises, l'atonie de la croissance mondiale et la surcapacité de la plupart des industries lourdes, dont les bénéfices (lorsqu'il en reste) fondent comme neige au soleil", écrivent les deux experts.

Dans le détail, le ratio dette globale/PIB avoisine ainsi les 300%. "La Chine reste devancée par le Japon et le Royaume-Uni sur ce terrain mais l'endettement de ses entreprises dépasse les 150 % du PIB, soit parmi les plus élevés au monde. C'est là où le bât blesse parce que les défaillances des entreprises peuvent se transformer en une catastrophe majeure", mettent en garde Gaël Combes et Julien Malet (Unigestion).

Concernant l'évolution de l'économie chinoise, le rééquilibrage se fait lentement. Ainsi, l'investissement commence tout juste à baisser, après des années de croissance afin de soutenir la forte croissance du PIB, et la consommation des ménages repart légèrement. Mais ce mouvement se fait "depuis une base très faible puisque la part de la consommation est à son plus bas en 30 ans", soulignent les gérants d'Unigestion.

Ces derniers concluent : "le secteur financier nous semble exposé à des risques croissants mais le gouvernement garde le contrôle de l'offre (toutes les grandes banques sont au service du gouvernement central) et d'une bonne partie de la demande. Par conséquent, même si le risque d'un événement de crédit existe, le plus important est de savoir comment le gouvernement réagirait en pareil cas. Un faux pas des pouvoirs publics risquerait plus de créer une crise financière que l'événement de crédit en lui-même".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant