UniCredit songe à lever 15 à 16 milliards d'euros

le
0
UNICREDIT VEUT LEVER JUSQU'À 16 MILLIARDS D'EUROS
UNICREDIT VEUT LEVER JUSQU'À 16 MILLIARDS D'EUROS

par Paola Arosio et Gianluca Semeraro

MILAN (Reuters) - UniCredit souhaite lever jusqu'à 16 milliards d'euros via une augmentation de capital et des cessions d'actifs qui devraient inclure le courtier en ligne FinecoBank, a-t-on appris de deux sources informées de ces projets.

Première banque italienne par les actifs, UniCredit a commencé à recueillir les offres pour sa filiale de gestion d'actifs Pioneer et a engagé des discussions avec le polonais PZU pour lui vendre une participation de 40% dans Bank Pekao, l'objectif de ces opérations étant de limiter l'ampleur de l'augmentation de capital.

UniCredit affiche des ratios de solvabilité inférieurs à ceux de nombre de ses concurrentes et sa santé financière risque d'être un peu plus fragilisée par la vente programmée d'une grande partie de son portefeuille de créances douteuses, évalué à 51 milliards d'euros.

Selon l'une des sources, la vente de ces créances douteuses sera essentielle pour déterminer les besoins en capitaux de l'établissement, ces opérations se traduisant généralement par une perte sur la valeur des titres.

Des sources avaient estimé en août que les besoins en capitaux d'UniCredit s'élevaient entre 7 et 8 milliards d'euros.

"UniCredit travaille à la vente de Pekao, Fineco et Pioneer pour limiter l'augmentation de capital à 5 à 6 milliards d'euros", a dit une source, indiquant ainsi que les cessions d'actifs pourraient atteindre 10 milliards.

La participation dans Pekao vaut 3,1 milliards d'euros au cours actuel du titre et les 51% détenus dans Fineco représentent 1,7 milliard d'euros. Selon les sources, UniCredit cherche à obtenir 3 milliards d'euros pour Pioneer.

La banque, qui a engagé une réflexion stratégique sous la direction de son nouvel administrateur délégué Jean-Pierre Mustier, a aussi entrepris de se délester d'actifs de plus petite taille, comme ses activités de traitement des cartes vendues pour 500 millions d'euros le mois dernier.

Une autre source a déclaré qu'il y avait une "probabilité élevée" de voir FinecoBank placée dans la liste des actifs à céder.

Des analystes pensent toutefois que la vente de Fineco pourrait se heurter à un obstacle de taille car cette filiale tire environ la moitié de ses revenus d'un portefeuille de neuf milliards d'euros d'obligations achetées à UniCredit.

Ces actifs ne sont pas pondérés du risque en l'état actuel mais la situation pourrait évoluer en cas de changement de propriétaire, ce qui pourrait peser sur la valorisation de Fineco.

UniCredit doit dévoiler un nouveau plan stratégique fin novembre. Il compte ensuite aller vite avec son augmentation de capital afin de ne pas faire doublon avec l'appel au marché envisagé par Banca Monte dei Paschi di Sienna, a dit l'une des sources.

(Bertrand Boucey pour le service français, édité par Juliette Rouillon)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant