UniCredit lance une revue stratégique, place des titres Fineco

le
0
 (Actualisé avec des précisions, contexte) 
    MILAN, 11 juillet (Reuters) - UniCredit  CRDI.MI  a annoncé 
lundi qu'elle allait lancer une revue stratégique de ses 
activités qui pourrait déboucher sur des cessions d'actifs, une 
annonce qui intervient moins de quinze jours après la nomination 
à la tête de la première banque d'Italie par le total de bilan 
du Français Jean-Pierre Mustier. 
    UniCredit a nommé le 30 juin Jean-Pierre Mustier au poste 
d'administrateur délégué, un choix interprété par les 
investisseurs comme pouvant rapidement conduire au lancement 
d'une augmentation de capital de plusieurs milliards d'euros 
ainsi qu'à des cessions d'actifs afin de renforcer le bilan de 
la banque.   
    Mustier, qui prendra ses fonctions mardi, est confrontée à 
une tâche ardue. L'action UniCredit a perdu plus de 60% cette 
année, les investisseurs s'inquiétant pour sa rentabilité et 
pour le poids de ses créances douteuses dans un bilan qui ne 
soutient pas la comparaison avec ses homologues européennes. 
    La revue stratégique se concentrera sur l'optimisation de 
l'utilisation des fonds propres, de nouvelles réductions de 
coûts, les possibilités de ventes croisées entre les différentes 
entités du groupe, le développement des synergies et le 
renforcement de la gestion des risques, a précisé la banque.  
    En outre, des actifs stratégiques tels que la banque 
allemande HVB, la division d'Europe centrale et orientale et la 
banque "corporate" seront encore développés. 
    UniCredit a par ailleurs annoncé le lancement du placement 
auprès d'investisseurs institutionnels d'actions ordinaires de 
sa filiale FinecoBank  FBK.MI  pour un montant allant jusqu'à 
10% du capital afin de renforcer ses fonds propres et 
d'augmenter le flottant du courtier en ligne coté à la Bourse de 
Milan. 
    UniCredit, seule banque italienne dont la stabilité est 
jugée importante pour l'ensemble du système financier 
international, détient 65% environ du capital du courtier et 
elle compte conserver une participation majoritaire après le 
placement, lequel, selon Mustier, pourrait augmenter le ratio de 
fonds propres CET1 de sept points de base au plus.  
    A fin mars, ce ratio était de 10,5%. 
    Mustier a également dit lundi que la banque travaillait avec 
l'espagnole Santander  SAN.MC  afin de trouver une solution 
permettant de poursuivre un projet de fusion des divisions 
gestion de fonds des deux établissements. 
    Le Financial Times écrivait lundi que les deux banques 
étaient près de renoncer à ce projet en raison des incertitudes 
nées du vote des Britanniques pour une sortie de l'Union 
européenne (UE). 
    Les créances douteuses et irrécouvrables du secteur bancaire 
italien atteignent un montant de 360 milliards d'euros, soit 
l'équivalent de près du quart du PIB, et expliquent la tourmente 
dans laquelle les actions des banques italiennes sont prises 
cette année, surtout l'issue pro-Brexit du référendum du 23 
juin.  
     
 
 (Agnieszka Flak; Marc Joanny et Wilfrid Exbrayat pour le 
service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant