UniCredit envisage d'augmenter son capital, dit son président

le
0
 (Actualisé avec précisions, cours) 
    par Alberto Sisto 
    ROME, 14 juillet (Reuters) - UniCredit  CRDI.MI  va étudier 
la possibilité de solliciter ses actionnaires en vue lever des 
capitaux frais, a déclaré jeudi à Reuters son président, 
laissant entendre pour la première fois que le groupe pourrait 
devoir augmenter son capital pour renforcer son bilan. 
    La première banque italienne par les actifs a annoncé lundi 
le lancement d'une revue stratégique portant sur l'ensemble de 
ses activités, deux semaines à peine après la nomination d'un 
nouvel administrateur délégué, le Français Jean-Pierre Mustier, 
chargé d'améliorer la rentabilité et la solvabilité. 
    Mardi, UniCredit a vendu des participations minoritaires 
dans deux filiales pour un montant total de 1,1 milliard 
d'euros.   
    Mais les estimations par les analystes de ses besoins 
globaux vont jusqu'à dix milliards, alors que le précédent 
administrateur délégué, Federico Ghizzoni, avait toujours nié la 
nécessité d'un appel au marché.  
    "Nous devons étudier une augmentation de capital parce que 
je ne pense pas que la Banque centrale européenne (BCE) sera 
satisfaite de ce que nous avons fait", a expliqué le président 
du groupe, Giuseppe Vita, en marge d'un événement à Rome. "Quoi 
qu'il en soit, il faut donner du temps à Mustier car il vient 
juste d'arriver". 
    Le ratio de solvabilité CET1 d'UniCredit s'établissait à 
10,5% fin mars, juste au-dessus du seuil plancher de 10% fixé 
par la BCE et loin derrière celui de 12,9% affiché par Intesa 
Sanpaolo, son principal concurrent en Italie. 
    Les cessions conclues cette semaine (10% du courtier en 
ligne FinecoBank  FBK.MI  et 10% de la filiale polonaise Pekao 
 PEO.WA ) se traduisent par une amélioration de 0,2 point du 
ratio CET1 mais elles n'ont fait que renforcer aux yeux des 
investisseurs l'hypothèse de nouvelles cessions comme celle 
d'une augmentation de capital prochaine. 
    En Bourse, l'action UniCredit a perdu plus de 60% de sa 
valeur depuis le début de l'année, conséquence des inquiétudes 
du marché sur la rentabilité, l'impact des créances douteuses et 
la faiblesse du bilan.  
    Jeudi, le titre prenait 5,05% à 2,1220 euros à 13h05 GMT 
alors que le secteur bancaire italien dans son ensemble 
profitait des informations selon lesquelles Banca Monte dei 
Paschi di Siena  BMPS.MI , la plus en difficulté des banques 
italiennes, pourrait conclure la vente d'une partie de ses 
créances douteuses.   
     
 
 (Alberto Sisto, Wilfrid Exbrayat pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant