UniCredit croit au feu vert de la BCE à son refinancement-sce

le
0
 (Actualisé avec nouvelles sources, précisions, contexte) 
    MILAN, 31 janvier (Reuters) - UniCredit  CRDI.MI , la 
première banque italienne, a assuré à ses actionnaires que la 
Banque centrale européenne (BCE) était satisfaite du plan de 
redressement qu'elle lui a présenté et qu'elle ne lui 
réclamerait pas plus de dépréciations de créances douteuses que 
celles déjà envisagées, a-t-on appris mardi de source proche du 
dossier. 
    Le cours de Bourse d'UniCredit a baissé lundi lorsque la 
banque a révélé que la BCE lui avait demandé de lui présenter un 
plan de réduction de ses créances douteuses avant le 28 février, 
ce qui a fait craindre des mesures supplémentaires de nettoyage 
du bilan. 
    UniCredit prévoit de lever 13 milliards d'euros de capitaux 
frais dans les mois à venir pour compenser les dépréciations de 
créances douteuses et d'autres pertes. Il s'agira du plus 
important appel au marché jamais lancé par une banque italienne. 
    L'administrateur délégué du groupe, Jean-Pierre Mustier, a 
rassuré les actionnaires mardi lors d'une réunion à huis-clos en 
leur disant que la BCE était "très heureuse" du plan présenté en 
décembre, a expliqué la source, qui assistait à la réunion à 
Milan. 
    "Il n'y a eu aucune nouvelle demande de la part de la BCE", 
a dit Mustier selon des propos qu'a rapportés cette source. 
    Deux autres sources informées de l'évolution du dossier ont 
déclaré que le projet de la banque avait été débattu en détail 
avec la BCE. 
    Cette dernière s'est refusée à tout commentaire. 
    Lundi, UniCredit a annoncé que son exercice 2016 devrait se 
solder par une perte nette de 11,8 milliards d'euros, 
principalement due à des dépréciations, et que son ratio de 
solvabilité à fin décembre serait probablement inférieur de deux 
points environ au niveau requis par la BCE.  
    Les sources ont expliqué mardi que le ratio de solvabilité 
serait de nouveau conforme aux exigences réglementaires une fois 
l'augmentation de capital bouclée. 
    La première banque italienne prévoit de signer dès mercredi 
un accord avec un syndicat bancaire pour garantir son 
augmentation de capital, qu'elle pourrait lancer dès le 6 
février, ont ajouté les sources.  
    Les actions nouvelles devraient être vendues avec une décote 
de 30% à 40% sur le cours théorique hors droit de souscription. 
    En Bourse, le titre UniCredit a fini mardi à 25,16 euros, en 
baisse de 4% sur la journée, ramenant la capitalisation du 
groupe à environ 15,6 milliards d'euros selon les données 
Thomson Reuters. 
    Outre l'augmentation de capital, le plan de redressement 
dévoilé en décembre prévoit la cession de 17,7 milliards d'euros 
de créances douteuses et la suppression de 14.000 emplois. 
     
 
 (Silvia Aloisi et Paola Arosia; Patrick Vignal et Marc Angrand 
pour le service français) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant