Une victime d'Ebola soignée en France

le
3
UNE PERSONNE VICTIME D'EBOLA SOIGNÉE EN FRANCE
UNE PERSONNE VICTIME D'EBOLA SOIGNÉE EN FRANCE

PARIS (Reuters) - Une personne victime du virus Ebola a été accueillie en France pour être soignée, a annoncé dimanche le ministère de la Santé, alors que l'épidémie a déjà fait près de 5.000 morts.

Employée par une agence des Nations unies au Sierra Leone où elle travaille dans la lutte contre l'épidémie, elle a été évacuée par avion spécial, précise-t-il dans un communiqué.

"L'ensemble du circuit de prise en charge a été sécurisé, depuis le décollage de Freetown et le voyage en avion jusqu'à l'hospitalisation en isolement de haute sécurité en chambre dédiée à l'hôpital d'instruction des armées Bégin (Saint-Mandé), où elle reçoit des soins médicaux attentifs", poursuit le ministère, ajoutant qu'il n'y a pas d'autre cas confirmé d'Ebola sur le territoire français.

La France a accueilli cette personne à la demande de l'Organisation mondiale de la santé, est-il encore précisé.

Mi-septembre, une infirmière française contaminée par le virus lors d'une mission au Liberia avait été hospitalisée à l'hôpital Bégin avant de le quitter, guérie, début octobre. Il s'agissait du premier cas de fièvre Ebola sur le territoire.

L'épidémie a fait 4.951 morts sur un nombre total de 13.567 cas, selon le dernier bilan en date de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publié vendredi soir.

Au total, huit pays sont ou ont été touchés par la maladie, qui frappe essentiellement trois Etats d'Afrique de l'Ouest, le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée. Des cas, en nombre marginal, ont également été enregistrés au Nigeria, au Sénégal, au Mali, en Espagne et aux Etats-Unis.

La France, qui a contribué à hauteur de plusieurs dizaines de millions d'euros aux différents organismes multilatéraux qui financent la réponse à l'épidémie, ouvrira par ailleurs mi-novembre un premier centre de traitement, à Macenta, en Guinée forestière.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Agathe Machecourt)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le dimanche 2 nov 2014 à 19:56

    Ca me rappelle une étrange histoire...où l'on ns assurait qu'il ne manquait pas un bouton aux guêtres de nos vaillants soldats, partis la fleur au bout du fusil...et on connait la suite !!!... Et bientôt...la denguébola, le tube mondial pour 2015, et croyez-moi, ça va faire un tabac !... La fin de l'humanité approche à grands pas, au mieux, se retrouver au moyen âge sombre… courage, encore qqs petites décennies, et nos petits enfants vont ns maudire pour l’éternité !..

  • LeRaleur le dimanche 2 nov 2014 à 14:40

    Tous les postes ont été virés, bravo Bourso.

  • aetier le dimanche 2 nov 2014 à 12:44

    il aurait pu l'envoyer en SUISSE ,c'est la-bas qu'est le siege de l'OMS, à GENEVE....