Une vague de nominations de magistrats sous haute tension

le
0

Du fait des départs à la retraite, une bonne quinzaine de magistrats du siège autant que ceux du parquet devront être remplacés.

Un gigantesque jeu de bonneteau comme il y en a rarement dans la magistrature. Cela arrive «une fois tous les cinq ans», soupire un habitué du genre. La tentative de limogeage de François Falletti, prié de libérer sa ­place, souligne combien les nominations qui s'annoncent pour les prochains mois sont lourdes d'enjeux pour la Chancellerie.

D'ici à juin, la moitié de la haute hiérarchie judiciaire sera renouvelée. À commencer par le président de la Cour de cassation, Vincent Lamanda. Déjà les rumeurs vont bon train sur son successeur. Le nom d'Alain Lacabarats, actuel président de la chambre sociale de la Cour de cassation, a même filtré, malgré la question de la limite d'âge.

Mais ce mouvement concerne autant les magistrats du siège que ceux du parquet. Baby-boom oblige, ce sont avant tout les départs à la retraite massif...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant