Une vague d'attentats-suicides frappe l'Arabie saoudite

le , mis à jour à 23:39
0
Une vague d'attentats-suicides frappe l'Arabie saoudite
Une vague d'attentats-suicides frappe l'Arabie saoudite

Trois kamikazes ont fait exploser leurs bombes lundi près de mosquées dans trois villes d'Arabie saoudite, dont Médine. En moins de 24 heures, le royaume a été frappé par une vague rare d'attentats-suicides.

 

Ces attaques, qui ont  tué au moins quatre personnes chargées de la sécurité, n'ont pas été revendiquées dans l'immédiat, mais leur mode opératoire rappelle celui du groupe djihadiste Etat Islamique (EI) qui a revendiqué plusieurs attentats suicide meurtriers dans le royaume depuis plus d'un an.

 

En début de soirée, une attaque s'est produite devant la Mosquée du prophète à Médine (ouest). Deuxième ville sainte de l'islam après la Mecque, la ville était très fréquentée par les fidèles en ces derniers jours du ramadan, le mois de jeûne sacré, selon la chaîne de télévision à capitaux saoudiens Al-Arabiya. La chaîne de télévision a montré des images de flammes se dégageant d'un parking proche de la mosquée. Quatre personnes chargées de la sécurité du site ont donc trouvé la mort dans cette explosion.

 

Quasi-simultanément dans l'est du royaume, un kamikaze s'est fait exploser près d'une mosquée à Qatif, ville de la Province orientale abritant la communauté chiite d'Arabie saoudite, pays sunnite.  L'attaque n'aurait pas fait de victimes.

«Un attentat manqué»

Cette vague d'attentats a commencé dès l'aube à Jeddah (ouest). Un kamikaze s'est fait exploser près d'une mosquée située à proximité du consulat des Etats-Unis. L'attaque, qui s'est produite le jour de la fête nationale des Etats-Unis, aurait légèrement blessé deux agents de sécurité, selon le ministère de l'intérieur. Aucun membre du personnel du consulat n'a été atteint selon l'ambassade américaine à Riyad. Le journal en ligne Sabq, proche des autorités, parle «d'attentat manqué».

Les fidèles étaient nombreux aux abords de la Mosquée de Médine, en ces derniers jours de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant