Une "usine" à noyaux exotiques pour percer les mystères de la matière

le
0
Une "usine" à noyaux exotiques pour percer les mystères de la matière
Une "usine" à noyaux exotiques pour percer les mystères de la matière

L'accélérateur de particules le plus intense au monde, Spiral2, qui sera inauguré jeudi à Caen, devrait permettre de découvrir l'intimité de la matière et interroger nos origines.L'atome est à la base de tout puisqu'il compose toute matière, vivante ou inerte. Cela fait 100 ans que les scientifiques étudient son noyau, pourtant, sa formation, les forces qui le gouvernent, son architecture restent pour une grande part inexpliquées.Spiral2, un accélérateur de près de 40 mètres de long enfoui à environ 10 mètres sous terre pour des raisons de sécurité, a pour mission de percer ces mystères. L'ensemble, alimenté par 240 mètres de câbles, parsemé d'un nombre incalculable de vannes, d'écrous, de cuves et de lampes alarmes, baigne dans le bruit assourdissant de pompes chargées de faire le vide le long du parcours. Cette installation, d'un coût de 138 millions d'euros, produira des faisceaux uniques au monde de part sa concentration en particules pour fabriquer des noyaux "exotiques", des noyaux instables nés des étoiles et introuvables sur Terre."On cherche a comprendre comment, sous l'effet de l?extrême chaleur des étoiles, sont fabriqués ces éléments qui créent la matière", explique à l'AFP Jean-Charles Thomas, chargé de recherche au CNRS. Ces noyaux exotiques en se transformant par radioactivité deviennent ces atomes stables qui nous composent ainsi que tout ce qui nous entoure.Selon les scientifiques, il en existerait près de 8.000. On n'en connait pour l'instant que 2.900.- Energie nucléaire et cancer -Spiral2 va recréer ces "noyaux de l'espace" en bombardant une cible avec un faisceau d'ions - ces atomes "débarrassés" de certains de leurs électrons -. "On reproduit en laboratoire ce qui se passe dans les étoiles", explique le physicien.La densité du faisceau, 10 à 100 fois supérieur à ce qui existe actuellement, devrait permettre de produire en très grande quantité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant