Une start-up montpelliéraine lance une application de vidéo HD en direct depuis un smartphone

le
0
Une start-up montpelliéraine lance une application de vidéo HD en direct depuis un smartphone
Une start-up montpelliéraine lance une application de vidéo HD en direct depuis un smartphone

(AFP) - Cette application, baptisée Plussh, permet de tourner une vidéo en haute définition (HD) avec un smartphone, visible en direct ou en différé. Le seul "live stream made in France", vante Dimitri Moulins, son créateur."Les directs sont instantanément diffusés sur la page personnelle Plussh de celui qui filme. Il suffit d'alerter ses amis et ceux-ci peuvent immédiatement depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur voir les images en direct", explique-t-il.

L'idée de Plussh lui est venue en travaillant sur le site Mlactu, un pure player d'informations. "Avec deux autres journalistes, on voulait des images en direct en cas de besoin pour notre site d'info. On n'allait pas acheter un véhicule pour transmettre. On a cherché une solution. Il avait bien un logiciel, mais très cher et pas pratique à utiliser. Alors on a décidé de le construire nous-mêmes", raconte Dimitri Moulins.

Cette technologie dite de rupture a ainsi été mise au point avec un ingénieur. Elle permet de filmer en mode paysage ou portrait et reste ouverte à tous pour le visionnage. 

Dans un premier temps, les créateurs de cet "outil de journaliste" ont décidé de décliner leur idée comme une solution professionnelle à des grands médias. Ou encore à destination des centres de secours. Des discussions sont en cours dans les deux cas.

"Cela peut servir dans les PC de crise pour une vision en direct lors d'un grave incendie ou pendant des inondations", souligne le patron de la société, installée dans un incubateur montpelliérain. 

Les start-uppers ont décidé d'ouvrir l'application au grand public, à la façon d'un réseau social. Ils se sont équipés en matériel pour stocker les vidéos. 

"On vise 100.000 utilisateurs d'ici un an mais on a de la place pour 13 millions ", précise Dimitri Moulins, qui cible aussi les entreprises, les associations voire les mairies, qui peuvent télécharger les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant