Une start-up introduit des nanoparticules dans les cartes d'identité

le
0
Une start-up introduit des nanoparticules dans les cartes d'identité
Une start-up introduit des nanoparticules dans les cartes d'identité

Les cartes d'identité ou les produits de luxe protégés des contrefaçons par des nanoparticules microscopiques aussi discrètes qu'inimitables, c'est pour bientôt: une start-up toulousaine mise sur une première industrialisation dès 2015.Nanolike, fondée en 2012 par deux jeunes ingénieurs de l'INSA (Institut national des sciences appliquées), concentre ses efforts sur des "nanotags" à insérer dans des cartes d'identité sécurisées. "Notre objectif est de signer d'ici la fin de l'année un partenariat exclusif avec un industriel du secteur", indique Jean-Jacques Bois, le PDG de cette start-up qui compte aujourd'hui sept salariés."Un tel partenariat est indispensable car notre coeur de métier c'est le marquage par nanotag, pas la fabrication de cartes en plastique'', indiquent M. Bois et son associé, Samuel Behar."Nous avons des contacts avancés avec deux PME spécialisées, une en France, l'autre en Europe", explique M. Bois."Un premier lot de cartes pourrait être fabriqué en 2015 avec le partenaire pilote pour un de ses États-clients, probablement en Afrique, avant de passer à la production en série de millions de cartes par an", ajoute le PDG.- Invisible à l'oeil nu -Le nanotag, invisible à l'oeil nu, pourra remplacer les signes de sécurisation accumulés actuellement sur les cartes d'identité ou bancaires, comme les filigranes ou hologrammes, mais il faudra aussi qu'il soit facile à contrôler."On fera en sorte de le rendre visible par un simple smartphone raccordé à un microscope qui décèlera d'emblée une anomalie, car la facilité d'accès est indispensable pour les contrôles dans les pays sans grande infrastructure", explique M. Bois. "Nous placerons les nanotags à un endroit stratégique, là où les faussaires ont l'habitude d'attaquer pour modifier une carte", explique Samuel Behar. "S'ils veulent falsifier une carte existante, ils détruiront les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant