Une start-up française a créé un drone pouvant évoluer en atmosphère explosive

le
0
Une start-up française a créé un drone pouvant évoluer en atmosphère explosive
Une start-up française a créé un drone pouvant évoluer en atmosphère explosive

Créée en France il y a trois ans, une start-up, Xamen, a mis au point un drone à usage industriel capable de voler sans danger dans une atmosphère explosive (ATEX), ce qui lui ouvre un vaste marché dans le monde.Baptisé 4-8 X DUAL ATEX, ce drone high-tech, déclinaison d'un modèle déjà mis au point par Xamen, est opérationnel depuis avril."Il est certifié ATEX zone 2 (zone à risque de gaz). Il peut aller dans des atmosphères explosives, entrepôts gaziers, raffineries, sociétés chimiques pour, par exemple, détecter les fissures sans qu'une étincelle ne se produise", explique Thierry Bleau, directeur général de Xamen Technologies."Le risque d'une zone ATEX, c'est qu'il y ait une étincelle et que l'usine explose, comme cela s'est produit" sur une plateforme pétrolière de Petrobras au large du Brésil, en février, souligne-t-il."Jusqu'à présent, pour inspecter des infrastructures, on mettait quatre hommes sur une nacelle ATEX et ils vérifiaient avec leurs yeux. Là, on envoie un drone et, en temps réel, les hommes à terre peuvent immédiatement - ou en différé avec l'enregistrement - identifier les problèmes", résume Thierry Bleau.Dix-huit mois ont été nécessaires pour la conception de l'engin. "Le principal défi a été de coller à la directive européenne ATEX qui, par essence, est drastique puisqu'il ne faut aucune étincelle alors que tout moteur électrique est susceptible d'en produire. Tout ce qui peut faire étincelle, moteur, connecteur, câble, cartes électroniques, etc, a été modifié", explique le responsable.D'une envergure d'un mètre vingt et d'un poids de quatre à sept kilogrammes - en fonction des batteries et des capteurs embarqués - et propulsé par huit moteurs, le drone est muni d'une caméra, de deux pupitres de commande avec retour vidéo en temps réel, d'une radio télémétrique et d'un parachute. Des exigences qui répondent à la directive ATEX.Avec une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant