Une star est née : Serge le lama, après le "buzz", le marketing

le
0
Une star est née : Serge le lama, après le "buzz", le marketing
Une star est née : Serge le lama, après le "buzz", le marketing

Devenu un phénomène du net après sa rocambolesque équipée dans le tramway bordelais, Serge le lama a vite attiré l'attention de marques ou institutions qui ont compris l'intérêt de surfer sur cette notoriété fulgurante, mais aussi sur sa démesure.En ce début de week-end de Toussaint, où l'actualité se résumait en France aux incontournables "cimetières et chrysanthèmes", l'escapade peu banale de Serge le lama a défrayé la chronique sur les réseaux sociaux où son histoire a rapidement suscité des milliers de tweets et de posts sur Facebook.Ce sont les réseaux sociaux, où ont été publiées dès jeudi les premières photos de l'animal de cirque kidnappé par cinq jeunes éméchés pour une promenade bordelaise, qui ont donné le "la" en s'emparant de l'histoire pour la relayer ou la détourner, avant que les médias français et mondiaux ne la reprennent. Très vite, à l'affût de tout ce qui fait le "buzz", professionnels du marketing et de la communication ont embrayé.Plusieurs enseignes bordelaises, qui ont fait du lama leur porte-étendard, mais aussi des sites de e-commerce, Air France ou encore le comité du tourisme du Gers n'ont pas hésité à utiliser l'image du camélidé pour faire leur promotion."Le Pérou et ses animaux célèbres dès 998 ?. #lamadebordeaux", a ainsi tweeté Air France le 4 novembre, avec une photo des ruines de Machu Picchu et un lama en premier plan. Résultat : 240 re-tweets et 2.000 interactions sur la page Facebook, selon la compagnie."Dans ce genre de communication, il faut tout de suite une très grande réactivité. Une fois la décision prise, le post a été prêt en une demi-heure", a expliqué à l'AFP Maxime Patula, un des "community managers" de l'entreprise chargés de la communication sur les réseaux sociaux."Le buzz est très éphémère : si vous voulez en profiter, il faut être hyper réactif", confirme José Luis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant