Une sonde de la Nasa entame son voyage vers un astéroïde

le
0
    CAP CANAVERAL, Floride, 9 septembre (Reuters) - Une fusée 
Atlas V a décollé de Floride jeudi, emportant avec elle une 
sonde spatiale dont la mission sera de prélever et de ramener 
sur Terre des échantillons du sol d'un astéroïde, dans l'espoir 
d'en apprendre plus sur les origines de la vie sur notre 
planète. 
    La vaisseau a été lancé à 19h05 (23h05 GMT) de la base de 
Cap Canaveral. Perchée au bout de la fusée de près de 60 mètres, 
la sonde OSIRIS-REx, construite par Lockheed Martin  LMT.N  est 
chargée d'une mission de sept ans. 
    Le lanceur United Launch Alliance a été construit dans le 
cadre d'un partenariat entre Lockheed et Boeing  BA.N . 
    Deux années devraient s'écouler avant que la sonde, qui pèse 
1,5 tonne et fonctionne à l'énergie solaire, atteigne sa 
destination, une masse rocheuse noire d'un diamètre d'environ 
500 mètres, l'astéroïde Bénou, qui a sensiblement la même orbite 
que la Terre autour du soleil. 
    Les scientifiques pensent l'astéroïde couvert de composants 
organiques datant des premiers jours d'existence du système 
solaire. 
    "On peut voir ces astéroïdes comme des usines chimiques 
prébiotiques qui produisaient des morceaux de vie il y a 4,5 
milliards d'années, avant la formation de la Terre et le début 
de la vie ici", a dit l'astrobiologiste de la Nasa Daniel Glavin 
peu avant le lancement. 
    OSIRIS-REx devrait atteindre la banlieue de Bénou en août 
2018 et se placer en orbite autour de l'astéroïde afin de 
dresser pendant deux ans la carte de sa surface et faire 
l'inventaire de ses caractéristiques chimiques et minérales. 
    Le scientifiques sélectionneront ensuite un site propice au 
prélèvement d'échantillon et enverront la sonde se rapprocher de 
la surface de Bénou. Elle déploiera alors son bras automatique, 
long de 3,4 mètres pour toucher le sol de l'astéroïde. 
    Après propulsion d'un nuage d'azote, qui enverra voler des 
gravillons et des fragments de sol, au moins 60 grammes de 
matière, ou "régolithe", seront collectés avant qu'OSIRIS-REx 
n'entame le voyage retour vers la Terre. 
    Le bocal contenant des fragments d'astéroïde sera largué à 
bord d'une capsule qui descendra en parachute dans l'atmosphère, 
et si tout se passe comme prévu, se posera dans le désert de 
l'Utah en septembre 2023. 
    Seule une sonde japonaise, Hayabusa 1, a déjà réussi à 
rapporter sur Terre quelques minuscules échantillons de 
l'astéroïde Itokawa, en 2010, une série de problèmes techniques 
ayant réduit la collecte à moins d'un milligramme. Une mission 
de suivi est en cours, Hayabusa 2, et son retour sur Terre prévu 
pour décembre 2020. 
     
 
 (Irene Klotz; Julie Carriat et Eric Faye pour le service 
français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant