Une soixantaine de personnalités sur le listing HSBC

le
3

PARIS (Reuters) - Une soixantaine de personnalités figurent sur les listings des détenteurs français de comptes en Suisse de la banque HSBC transmis aux autorités françaises par son ex-employé Hervé Falcani, selon Le Monde, daté du 28 janvier.

Certaines d'entre elles, des chefs d'entreprise ou des sportifs résidant en Suisse, sont titulaires de comptes parfaitement en règle, précise le quotidien. D'autres, dont la plupart auraient déjà régularisé leur situation, sont avocats, artistes, écrivains ou hommes d'affaires.

Plusieurs personnalités expliquent au quotidien avoir été désignées comme ayants droit par leurs parents et être devenues co-bénéficiaires des comptes après leur décès.

Un écrivain ayant ouvert un compte HSBC à Londres, où il vivait, ne s'explique pas comment son nom se retrouve sur le fichier suisse. Un humoriste affirme qu'il s'agit d'une erreur et un célèbre chef cuisinier plaide l'étourderie.

Les enquêteurs tentent maintenant d'identifier les personnes qui se cachent derrière des sociétés offshore ou des comptes attribués à des employés de la banque qui pourraient être des prête-noms, ajoute Le Monde.

Le parquet de Paris a ouvert le 23 avril dernier une information judiciaire sur les conditions dans lesquelles des milliers de contribuables français ont ouvert des comptes non déclarés chez HSBC.

L'information porte notamment sur des faits présumés de démarchage bancaire illicite et de blanchiment de fraude fiscale en bande organisée.

La liste HSBC de Genève transmise à la France compte près de 3.000 comptes détenus par des personnes physiques et morales susceptibles d'être résidentes en France, pour un avoir total de près de cinq milliards de dollars, a affirmé en juillet le député socialiste Christian Eckert dans un rapport.

Interrogé par Le Monde, l'élu estime qu'il y a eu longtemps "côté judiciaire, une vraie volonté d'enterrer l'affaire quand elle a été transmise à Paris" il y a plus de quatre ans, sous le mandat de Nicolas Sarkozy.

Un journal suisse a récemment relancé l'idée selon laquelle cette liste aurait été "nettoyée" pour en ôter les noms gênants, notamment d'hommes politiques.

Mais Christian Eckert a réaffirmé que le passage de près de 9.000 noms à un peu moins de 3.000 résultait notamment de l'élimination de doublons.

"Tous les éléments d'investigation dont nous disposons montrent que L'Agefi a tort", a également déclaré le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.sallio le lundi 3 fév 2014 à 11:28

    Nos ministres députés et sénateurs sont tous corrompus et il est difficile de séparer l'honnête du tricheur.Mais ce qui est certain c'est qu'ils excellent dans le mensonge.Nous électeurs sommes les dindons avalant la couleuvre.

  • j.sallio le lundi 3 fév 2014 à 11:21

    Ils se protègent regardez l'affaire Cahuzac, et comme si case neuve n'avait pas été au courant ainsi que le président.Sommes nous arrivés à avoir un service de renseignement si nul que nous devons attendre d'être informés par Mediapart

  • j.sallio le lundi 3 fév 2014 à 11:17

    Socialistes et droites ont enlevé les petits copains. Ils ne vont pas se tirer une balle dans le pied. Et ce sont des pro quand il s'agit de mentir. L'idéal serait d'aller chercher la liste originale en Espagne ou les tribunaux espagnols n'ont pas fait de quartier. Nous découvrirons de belles surprises et des noms qui ont été "Enlevés par erreur" lol