Une société française accusée d'aider la répression syrienne

le
1
Deux ONG ont demandé mercredi à la justice d'enquêter sur l'entreprise Qosmos, spécialisée dans l'analyse de données et suspectée d'avoir fourni du matériel d'espionnage au régime syrien.

Une société française au service de la répression syrienne ? La Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) et la Ligue des droits de l'Homme (LDH) ont porté à la connaissance du parquet de Paris leurs soupçons sur le contrat d'une société française passé avec la Syrie. Dans le viseur, l'entreprise Qosmos, spécialisée dans une technologie qui «identifie et analyse en temps réel les données qui transitent sur les réseaux», comme elle l'explique sur son site internet. Une activité de surveillance donc, qui aurait été utilisée en masse pour le compte du régime de Bachar el-Assad dans la traque des opposants syriens, selon les associations.

Mise en cause, l'infrastructure «Deep Packet Inspection» (DPI) permettant l'interception d'informations et d'extraction de contenus depuis des réseaux de communication comme les messageries en ligne. Une technologie vendue à des clients, parfois gouvernementaux, qui avait été pointée du doigt au début des révo

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Ross007 le mercredi 25 juil 2012 à 21:53

    je connais une ministre qui a perdu son job pour moins que çà!