Une sénatrice veut lutter contre le cyber-harcèlement

le
0
Ces humiliations en ligne concerneraient 7% des adolescents français. Des cas de suicide en Grande-Bretagne et aux États-Unis ont déjà fait réagir les autorités.

Sur Internet, on ne peut pas harceler en toute impunité. C'est le message que veut faire passer Virginie Klès, sénatrice PS. Elle a déposé la semaine dernière un amendement au projet de loi sur l'égalité entre les femmes et les hommes de Najat Vallaud-Belkacem. Son objectif: identifier le cyber-harcèlement et le punir plus sévèrement.

Trois ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende

L'amendement, qui doit s'insérer après l'article 17 du projet de loi, définit le cyber-harcèlement comme «le fait d'utiliser les nouvelles technologies d'information et de communication pour humilier ou intimider une personne, de manière répétée dans le temps». Le texte en détaille ensuite les différentes formes: «Les intimidations, insultes, moqueries ou menaces en ligne, la propagation de rumeurs, le...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant