Une semaine de Bourse - Trump fait passer au CAC 40 sa pire semaine depuis neuf mois

le
0

(AOF) - Les marchés actions européens ont nettement reculé cette semaine pour retrouver leur niveau de début juillet. En repli de 0,78% à 4 377,46 points aujourd'hui, le CAC 40 accuse une perte hebdomadaire de 3,76%, soit son repli le plus important depuis la semaine close le 5 février dernier (-4,9%). Même tendance dans le reste de l'Europe. L'Euro Stoxx 50 abandonne 0,53% ce soir et 3,92% cette semaine à 2 958,48 points. L'ampleur de la baisse est moindre à Wall Street avec un Dow Jones en repli de 1,06% depuis lundi.

Cette résistance relative des marchés américains est paradoxale alors que l'issue de l'élection présidentielle du 8 novembre constitue la principale cause de la défiance des investisseurs européens. Au fil de la semaine, plusieurs sondages ont confirmé la nette remontée de Donald Trump face à sa rivale démocrate Hillary Clinton, donnée largement gagnante jusqu'alors. Pour les économistes, une victoire du camp républicain pourrait plonger l'économie mondiale dans l'incertitude tant le programme économique du candidat apparaît flou.

Préoccupés par les élections américaines, les marchés n'ont guère réagi aux bons chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis. Le nombre de créations d'emplois a atteint 161 000 le mois dernier et les chiffres d'août et septembre ont été révisés respectivement de 167 000 à 176 000 et de 156 000 à 191 000. Le taux de chômage a baissé d'un dixième de point, à 4,9%.

Dans ce contexte, les investisseurs se sont focalisés sur les résultats d'entreprises. Le secteur du luxe a échappé à la morosité ambiante grâce aux résultats semestriels meilleurs que prévu du géant suisse Richemont (+5%) et à l'accélération de la croissance organique du numéro un mondial des cosmétiques, L'Oréal (+2,2%).

A la Bourse de Paris, seul Sanofi (+0,18% en cinq séances) a tiré son épingle du jeu. A l'autre bout du palmarès hebdomadaire, Veolia a plongé de 11,2%, pénalisé par la révision à la baisse de son objectif de chiffre d'affaires 2016. Nokia a cédé 7%, affecté par son statut de valeur cyclique tandis qu'Axa a abandonné 6,5% dans un contexte dégradé pour les valeurs financières.

(P-J.L)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant