Une semaine de Bourse - Quatrième semaine de recul de suite pour les marchés européens malgré la hausse du pétrole

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont clôturé en hausse la dernière séance de la semaine, soutenus par le rebond du cours du pétrole. Cette bonne performance n’a cependant pas suffi pour sauver la semaine : les indices européens ont ainsi signé leur quatrième baisse hebdomadaire de suite. Le CAC 40 a donc gagné 1,35% aujourd’hui, à 4 303,12 points, mais a cédé 0,44% en cinq jours. La tendance est identique sur l’EuroStoxx 50 qui s’est adjugé 1,41% ce vendredi, à 2 911,98 points, mais a reculé de 1,40% sur la semaine.

Aux Etats-Unis aussi, le bilan hebdomadaire est légèrement négatif pour le Dow Jones (-1,03%) en dépit d'un gain de 0,39% vers 17h30.

Le principal catalyseur de la journée a été une fois encore le cours du pétrole. Ce dernier a bondi de près de 5% aujourd'hui alors que se rapproche la réunion qui pourrait déboucher sur un gel de la production de brut. Le 17 avril, au Qatar, une quinzaine de pays, membres et non-membres de l'Opep, tenteront de se mettre d'accord sur ce thème.

L'absence de statistiques d'ampleur aujourd'hui a donc permis au cours du baril de jouer pleinement son rôle de catalyseur. Cependant, sur l'ensemble de la semaine, son impact a été légèrement atténué. En effet, les indices actions  signent une baisse sur cinq jours malgré la hausse de 7% du cours du baril grâce notamment à la hausse inattendue des stocks hebdomadaires américains.

En effet, face à cette bonne nouvelle, des statistiques ont ravivé les doutes quant à la solidité de la croissance mondiale et à l'efficacité de la politique des banques centrales. Ainsi, les investisseurs ont mal réagi à des données en provenance du Japon et de la zone euro. Pour cette dernière, le bureau d'études Markit a revu à la baisse son estimation de la croissance en mars : l'indice des directeurs d'achat qu'il publie est finalement ressorti à 53,1 contre 53,7 en première instance.

Du côté des valeurs, les quatre opérateurs télécoms cotés au SBF 120 ont signé les quatre plus fortes baisses de la semaine après l'échec du rachat de Bouygues Telecom par Orange. Numericable-SFR a ainsi décroché de 19,09% en cinq jours, suivi par Bouygues (-15,05%), Iliad (-13,90%) puis Orange (-7,57%).

En revanche, les progressions de la semaine ne répondent à aucune logique sectorielle. Vallourec (+11,15%) a sans doute bénéficié de la bonne tenue des cours du pétrole mais aucune autre valeur du secteur pétrolier ne se distingue. Sans actualité particulière, le segment de la santé a également été bien orienté : bioMérieux a gagné 7,30% en cinq jours, suivi de DBV Technologies (+5,16%) et Sanofi (+5,40%).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant