Une semaine de Bourse - Les marchés terminent bien une semaine morose

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont terminé la semaine sur une hausse nette soutenue par des rachats à bon compte. Cette progression a permis aux indices actions de sauver leur semaine et d'enregistrer un petit gain après cinq jours. Le CAC 40, en hausse de 1,67% à 4 353,9 points aujourd'hui, s'est adjugé 0,78% depuis lundi. En Europe aussi, le réveil a été tardif mais bien réel : gagnant 1,47% à 2 962,16 points, l'Eurostoxx 50 s'est apprécié de 0,91% sur la semaine.

A Wall Street, le scénario est identique : le Dow Jones s'apprête à clôturer sur un gain hebdomadaire de 0,17% à la faveur d'une hausse de 0,74% aujourd'hui.

Après une semaine au cours de laquelle les indices actions ont enchainé les hausses et les baisses de petite ampleur, il a donc fallu attendre ce vendredi pour que les investisseurs s'enhardissent. Avant la séance du jour, le bilan depuis lundi était négatif sur les places européennes – le CAC 40 perdait par exemple 1,37% à la clôture hier – incitant les opérateurs à revenir à bon compte sur les valeurs de la cote.

Ce retour en grâce des actifs risqués en fin de semaine a été alimenté par la bonne orientation de l'euro et du pétrole. D'abord, la devise européenne a retrouvé cette semaine son plus bas niveau depuis près d'un mois à 1,12 dollar. Le billet vert a été plébiscité alors que la Fed va sans doute relever ses taux en juin, si les conditions macroéconomiques continuent à s'améliorer, si l'on en croit les minutes du dernier comité de politique monétaire publiées mercredi.

Ensuite, le baril de pétrole a atteint cette semaine un nouveau plus haut annuel, à près de 49 dollars. Le brut a donc résisté à l'appréciation du dollar et à la hausse surprise des stocks américains, soutenu par des difficultés de production au Canada et au Nigéria. La région canadienne de l'Alberta est toujours touchée par des incendies qui ont causé des interruptions dans la production du pétrole et, au Nigéria, des attaques ont frappé des installations pétrolières. La production du pays a chuté à un plus bas de 22 ans, a signalé Commerzbank.

Du côté des valeurs, le palmarès de la semaine échappe à toute logique sectorielle. Technip (+4%) fait partie des plus fortes hausses suite à l'annonce de son rapprochement avec son principal concurrent FMC. En revanche, l'opérateur de satellites Eutelsat (-6,42%) a enchainé sa deuxième semaine en queue du palmarès, subissant toujours les foudres des investisseurs après son profit warning et les nombreuses dégradations d'analystes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant