Une semaine de Bourse - La semaine termine en baisse avec l'emploi américain

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont enchainé une quatrième séance de repli, déçus par le rapport sur l’emploi américain de mai. Le CAC 40 a perdu 0,99% à 4 421,78 points ce vendredi et 2,06% sur la semaine. L’EuroStoxx 50 a cédé de son côté 1,2% à 2 997,55 points aujourd’hui et 2,63% en cinq jours. Aux Etats-Unis aussi, la publication des chiffres de l’emploi a pesé sur les indices : le Dow Jones perdait 0,27% vers 17h30 et s’apprête à lâcher 0,48% sur la semaine.

Alors que les investisseurs se montraient prêts à reprendre quelques risques en début de séance, profitant des baisses récentes des indices, ils ont été stoppés dans leur élan par la publication, en début d'après-midi, du rapport sur l'emploi américain de mai. Le mois dernier, l'économie américaine a créé seulement 38 000 postes, un chiffre bien inférieur au consensus Reuters de 160 000. Par ailleurs, le chiffre d'avril a été révisé à la baisse de 160 000 à 123 000 et celui de mars de 208 000 à 186 000. Cette rafale de nouvelles décevantes a occulté le fait que le taux de chômage est tombé à 4,7% en mai contre 5% en avril et un consensus Reuters de 4,9%.

Les opérateurs du marché des changes ont aussi estimé que ces mauvais chiffres pourraient inciter la Fed à différer à nouveau le relèvement de ses taux, ce qui a pesé sur le dollar. Quelques minutes après la publication du rapport sur l'emploi, l'euro bondissait de 1,58% à 1,1330 dollar, au plus haut depuis trois semaines et demi.

Cette hausse de la monnaie unique a amplifié la baisse des indices européens car elle pourrait peser sur la timide reprise en cours dans la zone euro. En publiant ce matin l'indice définitif des directeurs d'achat de mai pour la zone, Markit a confirmé qu'il annonçait une faible expansion de la zone euro et réitéré sa prévision d'une croissance limitée à 0,3% au deuxième trimestre.

Du côté des valeurs, Airbus Group a été pénalisé par cette appréciation de l'euro. Elle est venue amplifier le recul du titre déjà mis sous pression à cause des retards pris dans les livraisons de ses A320neo. Après sa chute de 3,53% aujourd'hui, le titre de l'avionneur fait partie des plus fortes baisses de la semaine : -4,77%. Il accompagne ainsi le secteur bancaire qui a souffert de prises de bénéfices après avoir nettement surperformé le CAC 40 le mois dernier.

A l'inverse, les rachats à bon compte ont continué sur Zodiac Aerospace, qui a gagné 5,34% cette semaine, proche de son plus haut de l'année à près de 22 euros. L'équipementier aéronautique fait l'objet depuis plusieurs semaines de spéculations autour d'un possible rachat.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant